menu de navigation lien vers accueil ien vers rubrique romans         fictions lien vers rubrique histoire lien vers rubrique monde lien vers rubrique numerique ien vers rubrique societe lien vers rubrique panoramas

 

La mort de Lénine

Athérosclérose ? Syphilis ? Mutation génétique ? Ou assassinat ?

par André Birukoff

« Charlatan, syphilitique, pourri jusqu’à la moelle » : C’est ainsi que les Russes blancs, qui avaient fui leur pays et restaient farouchement opposés à la révolution bolchévique, présentaient Vladimir Ilitch Oulianov dit « Lénine », fondateur de l’Urss, premier Etat socialiste du monde. L’hypothèse d’un Lénine syphilitique, rejetée par les dirigeants soviétiques comme une simple calomnie, est périodiquement avancée pour expliquer le décès du « leader de la révolution mondiale » le 21 janvier 1924 à 54 ans : la fleur de l’âge. Il y a eu depuis quatre explications de la mort de Lénine. Athérosclérose ? Syphilis ? Mutation génétique ? Ou assassinat ? En fin de compte l’important n’est-il pas de se rendre compte que la Russie a été dirigée pendant plusieurs années par un homme psychiquement malade ? Suite

 

Un choix parmi les meilleurs livres d'histoire

Histoire
La fuite et la capture de l'ancien commandant d'Auschwitz

Rudolf Höss, ancien commandant du camp de concentration d'Auschwitz, prit la fuite vers le nord de l'Allemagne, lorsque l'armée rouge arriva aux portes de Berlin. Convaincu que l'Allemagne n'avait pas encore dit son dernier mot, il voulait continuer la lutte aux cotés de Himmler. Mais le Reichsführer lui annonça que tout était fini. " Sauve qui peut était le mot d'ordre" dira Höss dans ses mémoires. Suite
homas Harding. Hanns et Rudolf. Comment un juif allemand mit fin à la cavale du commandant d'Auschwitz. Flammarion


Histoire
Le caractère "unique" de la Russie

Un livre qui tombe à pic. Dans son dernier ouvrage, paru chez Fayard, « Le retard russe », Georges Sokoloff retrace l’histoire de la Russie et surtout remet les pendules à l’heure au moment où –crise ukrainienne oblige- le politiquement correct exige de ne trouver aucun mérite à la Russie de Vladimir Poutine. George Sokoloff n’en n’est pas pour autant le thuriféraire. Au contraire. Il reconnait que le « modèle » russe n’a pas permis et ne permettra peut être jamais de mettre la Russie au niveau d’abondance de biens que connaissent les Etats-Unis ou l’Europe. Mais contrairement à beaucoup d’autres il ne se contente pas de ce constat et explique la particularité de la Russie, son caractère « unique » qui fait généralement dire aux Occidentaux qu’elle n’est pas « normale » alors qu’en fait elle est tout simplement, selon Sokoloff, « normalement différente ». Suite
Le retard russe. Georges Sokoloff. Fayard


Histoire: la bataille de Stalingrad vue par le correspondant de la BBC et du Sunday Times

Un témoignage captivant. "Nos deux avions atterrirent au milieu d'une vaste steppe couverte de neige par une journée très froide et ensoleillée. Mais où précisément, je serais bien en peine de le dire. En bordure de l'aérodrome, on voyait un village et quelques bâtiments administratifs apparemment intacts. Nous nous trouvions quelque part au nord ouest de Stalingrad. Des volumes de fumée blanche s'élevaient des cheminées des isbas". Alexander Werth est l'un des rares journalistes étrangers qui a pu visiter Stalingrad après la déroute de l'armée nazie. Suite
Alexander Werth. Stalingrad 1942. Fayard



Histoire: les mémoires de Von Gersdorff un officier allemand de la haute aristocratie silésienne qui avait voulu tuer Hitler

Il aura fallu attendre 36 ans pour que les mémoires de von Gersdorff, publiées en 1976 en Allemagne, sortent chez un éditeur français. Sans doute, parce que certains jugeaient gênant dans le paysage intellectuel parisien que l'on rappelle qu'une bonne partie de l'aristocratie allemande était en complet désaccord avec les criminels nazis. Elles ont été éditées en France chez Tallandier sous le titre Suite
Tuer Hitler, confession d'un officier allemand antinazi. Tallandier


Histoire: espionnage, les chefs de la Stasi
Erich Mielke la brute et Markus Wolf l'intellectuel.

Deux figures bien différentes et souvent opposées ont dominé l'histoire de la Stasi. Celle du criminel Erich Mielke, ministre de la sécurité d'état, qui termina sa carrière, lors de la débâcle, sous les quolibets de l'assemblée du peuple, et celle élégante et distinguée de Markus Wolf, patron de l'espionnage ( la HVA) qui ferma les yeux sur les exactions de ses collèges et couvrit d'innombrables crimes au nom de la fidélité au grand frère soviétique qui avait contribué à la défaite nazie. Suite


Histoire: le mur de Berlin

Certains ont oublié quelle était la principale raison de la construction du mur de Berlin. Empêcher les habitants de l'Allemagne communiste de quitter leur pays. Sans perspectives d'avenir, médecins, ingénieurs, techniciens et autres professionnels quittaient l'Allemagne de l'est pour s'installer à l'ouest. La construction du mur mit brutalement fin à cet exode. Suite

+ Mussolini, Staline,Nazis,Goulag,Vietnam, Machu-Picchu, Empereur inca, Russes blancs, Kadhafi etc....

Jacques Kaufmann

 

En vue

Le Journal d'une Anne Frank russe pendant le blocus de Leningrad. Lycéenne de Leningrad, Léna Moukhina, seize ans, commence à écrire son journal intime le 22 mai 1941, quelques semaines avant l'invasion de l'URSS par les nazis. Elle y raconte le blocus de la ville par les Allemands et leurs alliés, un des épisodes les plus tragiques et les plus meurtriers de la Seconde Guerre mondiale, faisant plus d'un million de civils tués par la faim et les bombardements, en moins de neuf cents jours.
Editions Robert Laffont


Quarante-huit entretiens familiaux et cent quarante-deux interviews individuels sur les histoires vécues du passé national-socialiste et transmises entre les générations. Suite



Espionnage: les archives Rosenholz

Plus de 20 ans après la chute du mur de Berlin, l'un des derniers mystères de la guerre froide est encore loin d'être éclairci. Personne mis à part les intéressés ne sait comment les 280000 fiches des espions de la Stasi à travers le monde ont atterri dans les bureaux de la CIA aux Etats-Unis.
Suite

web

Le chaos sur le front des médias Web, déclenché par la décision de Steve Jobs d'exclure le logiciel Flash d'Adobe de ses Ipad, Iphone et Ipod est loin d'être terminé. Comme toujours, le consommateur est le dindon de la farce...Suite


en bref...

Les vaincus de Irina Golovkina, publié aux éditions des Syrtes: le roman d'une tragédie, celle de la Russie d'après 1917 et de l'avènement de la sanguinaire dictature bolchévique.

Comment l'écrivain américain Paula Fox, considérée comme l'une des figures majeures de la littérature américaine du 20e siècle s'est éloignée, dégoûtée, du communisme.

Les Russes blancs d'Alexandre Jevakhoff. Les Russes blancs d'Alexandre Jevakhoff revient avec des documents d’archives sur l’épopée du million et demi de Russes contraints de fuir leur pays,après la révolution de 1917

L'historien Pierre Jardin à propos de l'amiral Canaris et de sa résistance à Hitler.

Staline a t-il été assassiné? Beria et Malenkov se sont bien gardés d'appeler les secours quand ils l'ont trouvé inanimé.

Comment les archives de la Stasi ont-elles atteri à la CIA: l'un des dernières énigmes de la guerre froide

L'auteur mexicain Francisco G. Haghenbeck, raconte la vie de Frida Kahlo dont Trotski était follement amoureux.Le livre oscille en permanence entre vérité historique et invention littéraire

 

Nouveautes

Les Romanov, une dynastie exceptionnellement brillante, a permis à la Russie de devenir une très grande puissance européenne puis mondiale. Pourtant, le sang n’a cessé de couler au pied du trône. De là, trois questions, l’histoire russe a-t-elle créé les conditions de cette violence ininterrompue? Le destin tragique de cette dynastie était-il écrit dans son passé: invasions, cultures, religions diverses qui se mêlaient sur la terre russe? Historienne de la Russie, Hélène Carrère d’Encausse est membre de l’Académie française depuis 1991. Sa biographie de Nicolas II (Fayard 1996) avait obtenu le prix des Ambassadeurs en 1997.

Hélène Carrère d’Encausse. Les Romanov . Editions Fayard