A-lire
Livres et loisirs

 

La guerre de Fidel Castro en Angola

Castro a aidé militairement de nombreux mouvements révolutionnaires ou terroristes ( selon le point de vue de chacun) en Amérique Latine, mais a envoyé également ses troupes dans d'autres régions du globe. En Angola par exemple, ce sont les troupes cubaines qui ont permis au MPLA d'Agostinho Neto de prendre le contrôle du pays au départ des Portugais. Avec la bénédiction active de l'URSS.

Les guerres de Fidel Castro : au nom de l'internationalisme prolétarien

"Certains impérialistes se demandent pourquoi nous aidons les Angolais, avait assuré Fidel en 1975 devant le Congrès du Parti Communiste Cubain à La Havane, ils sont habitués a penser que lorsqu'un pays fait quelque chose,c'est parce qu'il cherche du cuivre, du pétrole, des diamants ou d'autres ressources naturelles. Non! nous ne poursuivons aucun intérêt matériel. Si les impérialistes veulent comprendre pourquoi nous aidons l'Angola, qu'ils lisent un manuel d'internationalisme prolétarien"

Troupes cubaines en Angola

Les premières troupes cubaines sont arrivées en Angola avant même l'indépendance du pays, le 5 novembre très exactement, selon les propres déclarations de Fidel. Ce qui constituait d'ailleurs une violation flagrante des frontières d'un pays étranger, puisque le Portugal était encore légalement souverain de sa colonie. Jusqu'a cette date, Cuba et l'Union Soviétique s'était contentés d'envoyer des armes et des instructeurs aux forces armées populaires du mouvement d'indépendance d'Agostinho Neto, mais ces livraisons n'avaient pas suffi a freiner l'avance du FNLA, autre mouvement de libération, soutenu cette fois par l'occident. C'est à ce moment là, que les troupes cubaines débarquèrent à Luanda pour repousser les colonnes ennemies et réussirent de justesse a empêcher Roberto Holden, le leader du FNLA, de s'emparer de la capitale.

Les soldats de Fidel règlent la circulation à Luanda

En décembre 1975, quelques mois après la prise de pouvoir du MPLA à Luanda après le départ des Portugais, les convois militaires cubains ne se cachent même plus dans le pays et traversent Luanda devant les regards ébahis de la population qui voit passer des camions de militaires "blancs" dont les journaux et la radio ne parlent jamais. Les officiers cubains mangent et dorment dans leurs cantonnements, d'anciennes casernes de l'armée portugaise et montent presque immédiatement au front. Mais des 1976, la présence cubaine se fera plus massive: on verra les soldats de Fidel régler la circulation aux carrefours avec leurs AK 47 bayonnette au canon, en bandoulière sur la poitrine.

Cuba fournit les hommes... l'URSS la majeure partie du matériel, acheminé soit directement d'Union Soviétique soit via La Havane.

*Avec Georges Lecoff. Angola Indépendance empoisonnée.Presses de la cité

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Focus

Valentine Zuber: le culte des droits de l'homme

Toute critique envers les droits de l'homme, même si elle est constructive, fait l'objet d'une désaprobation massive émanant essentiellement des milieux dits éclairés ou progressistes. Suite
Le culte des droits de l'homme. Gallimard. Collection Bibliothéque des sciences humaines


Vargas Llosa: le libéralisme se plie à la réalité au lieu d'essayer de forcer la réalité à se plier à lui

Le libéralisme, estime Vargas Llosa, n'est pas une idéologie, c'est à dire une religion laïque et démocratique, mais une doctrine ouverte qui évolue et se plie à la réalité au lieu d'essayer de forcer la réalité à se plier à elle". Suite
Mario Vargas Llosa. De sabres et d'utopies. Arcades. Gallimard.


Civisme au superlatif: la politique de sécurité sanitaire dans le monde transatlantique

Dans l'espoir de renforcer l'adhésion aux institutions politiques et de faire face à la désorganisation sociale engendrée par la crise épidémique, les démocraties sont de plus en plus tentées d'imposer un civisme au superlatif Suite

Patrick Zylberman. Tempêtes microbiennes. Gallimard


Finkielkraut : la défaite de la pensée

Des gestes élémentaires aux grandes créations de l’esprit, tout devient prétendument culturel et il est courant de nos jours de baptiser «culturelles» des activités « où la pensée n’a aucune part». La défaite de la pensée,essai d’Alain Finkielkraut publié en 1987 chez Gallimard n’a pas pris une seule ride et l’on pourrait facilement penser qu’il s’agit d’une réflexion sur le monde qui nous entoure.
Suite