A-lire
Livres et loisirs

 

Le régime de terreur des Khmers rouges

L'effroyante machine à exterminer des Khmers Rouges

En avril 1975, les Khmers rouges entrent dans Phnom-Penh. Un nouveau régime est établi dans la terreur, celui du Kampuchéa démocratique.

Khmers rouges: plus de deux millions de victimes

Mus par l'ambition de dépasser les révolutions soviétique et chinoise et de parvenir au paradis communiste avant les Vietnamiens, les nouveaux dirigeants expulsent par dizaines de milliers les habitants des villes. Ils créent un système carcéral étendu à l'ensemble du pays, où la faim et la torture deviennent les principaux instruments de contrôle d'une population qui, entre 1975 et 1979, comptera plus de deux millions de victimes.

La machine à exterminer des Khmers rouges

Pour mettre au jour les mécanismes de cette effroyable machine à exterminer, cette enquête documentée s'intéresse aussi bien au rôle de Norodom Sihanouk qu'à l'influence de la Chine maoïste, à l'itinéraire politique et intellectuel de Pol Pot, Nuon Chea ou Khieu Sâmphan qu'à l'héritage de la civilisation bouddhiste… L'auteur — Henri Locard, anciennement maître de conférences à l'université Lumière Lyon II, vit depuis de nombreuses années à Phnom-Penh, d'où il coordonne un programme de recherches sur les centres d'internement des Khmers rouges. Il a assisté, en tant que correspondant pour plusieurs médias occidentaux, aux procès des anciens dirigeants khmers rouges qui se sont tenus à Phnom-Penh depuis 2009.

Henri Locard. Pourquoi les Khmers rouges. Edition Vendémiaire

 

 

 

Focus

Valentine Zuber: le culte des droits de l'homme

Toute critique envers les droits de l'homme, même si elle est constructive, fait l'objet d'une désaprobation massive émanant essentiellement des milieux dits éclairés ou progressistes. Suite
Le culte des droits de l'homme. Gallimard. Collection Bibliothéque des sciences humaines


Vargas Llosa: le libéralisme se plie à la réalité au lieu d'essayer de forcer la réalité à se plier à lui

Le libéralisme, estime Vargas Llosa, n'est pas une idéologie, c'est à dire une religion laïque et démocratique, mais une doctrine ouverte qui évolue et se plie à la réalité au lieu d'essayer de forcer la réalité à se plier à elle". Suite
Mario Vargas Llosa. De sabres et d'utopies. Arcades. Gallimard.


Civisme au superlatif: la politique de sécurité sanitaire dans le monde transatlantique

Dans l'espoir de renforcer l'adhésion aux institutions politiques et de faire face à la désorganisation sociale engendrée par la crise épidémique, les démocraties sont de plus en plus tentées d'imposer un civisme au superlatif Suite

Patrick Zylberman. Tempêtes microbiennes. Gallimard


Finkielkraut : la défaite de la pensée

Des gestes élémentaires aux grandes créations de l’esprit, tout devient prétendument culturel et il est courant de nos jours de baptiser «culturelles» des activités « où la pensée n’a aucune part». La défaite de la pensée,essai d’Alain Finkielkraut publié en 1987 chez Gallimard n’a pas pris une seule ride et l’on pourrait facilement penser qu’il s’agit d’une réflexion sur le monde qui nous entoure.
Suite