A-lire
Livres et loisirs

 

Livres et témoignages sur la guerre froide

Guerre froide - espionnage.
Les archives Rosenholz
L'un des derniers mystères de la guerre froide

Plus de 20 ans après la chute du mur de Berlin, l'un des derniers mystères de la guerre froide est encore loin d'être éclairci. Personne mis à part les intéressés ne sait comment les 280 000 fiches recensant les espions de la Stasi à travers le monde ont atterri dans les bureaux de la CIA aux Etats-Unis. Suite


Le combat de la CIA et du KGB

Milton Bearden raconte et témoigne. Aux postes les plus sensibles de la CIA à Berlin, Moscou et Kaboul, il est l'un des protagonistes de la guerre très froide qui, de 1985 à la chute du rideau de fer, opposa les services secrets de l'Est et de l'Ouest. Défections, trahisons et assassinats de part et d'autre ont mené ces affrontements à des paroxysmes jamais atteints. Fondé sur des centaines d'interviews et des détails longtemps inédits, ce document retrace l'histoire d'une génération d'hommes hors du commun.James Risen, grand reporter au New York Times, Prix Pulitzer 2002, ajoute au récit de Bearden un relief saisissant.

Milton Bearden. James Risen. CIA-KGB, le dernier combat. Albin Michel


Guerre froide
Le mur de Berlin

Le mur de Berlin qui coupait en deux la capitale allemande fut pendant de nombreuses années le symbole le plus sinistre de la guerre froide. Les dirigeants communistes avaient construit le mur pour empécher leurs habitants de fuir à l'Ouest.Suite


Guerre froide
Espionnage- Stasi

Le service d'espionnage de l'Allemagne Communiste était l'un des plus performant du monde communiste. Il surveillait etroitement tous les habitants de la République Démocratique Allemande et était trés actif à l'etranger, notamment en Allemagne de l'Ouest. Suite


Guerre froide-trafic armes
Le trafic d'armes pendant la guerre froide

A l’heure où les deux blocs s’opposaient, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale jusqu’à la fin des années 1980, chacune de ces deux entités utilisait des territoires à leurs abords pour leur servir de « zone tampon » ou de profondeur stratégique face à une éventuelle invasion de la part du camp opposé. Cette guerre dite froide consistait, dans ce monde d’après-guerre devenu totalement manichéen, à faire imploser des crises armées dans le camp de son adversaire pour le déstabiliser et prendre sa place. Suite


Le témoignage de l'un des envoyés spéciaux de l'AFP Bernard Aubert, alors jeune journaliste à l'Agence France Presse, qui a couvert la construction du mur de Berlin.

En attendant le feu vert de la Tour de contrôle, le C47 tournait au dessus de Berlin dont on apercevait la masse grise à travers les nuages. Au lendemain du 13 août 1961, le trafic aérien aérien sur l'ancienne capitale était dense. En pleine guerre froide, la paix mondiale était soudain menacée. J'avais alors 25 ans et travaillais au bureau de l'AFP à Bonn. Le Directeur m'avait envoyé renforcer le bureau de Berlin. Je pris donc en catastrophe l'avion à Cologne, ravi et heureux d'aller couvrir cet événement mondial et de faire mes premiers pas de reporter dans la cour des grands... Suite

Les mémoires de Markus Wolf, chef de l'espionnage est - allemand

Les mémoires de de Markus Wolf,le patron élégant et distingué de l'espionnage est allemand ( la HVA) qui ferma les yeux sur les exactions de ses collèges et couvrit d'innombrables crimes au nom de la fidélité au grand frère soviétique qui avait contribué à la défaite nazie.

Markus Wolf. L'homme sans visage. Plon


Des archives confidentielles du KGB

Jamais personne avant Vassili Mitrokhine, colonel du KGB, n'avait livré sur la police secrète soviétique une telle masse d'archives ultra-confidentielles, opiniâtrement recopiées ou résumées pendant près de vingt ans puis sorties clandestinement de Russie.

Christopher Andrew. Vassili Mitrokhine. Le KGB contre l'Ouest. Fayard


Guerre froide-espionnage
L'affaire Farewell vue de l'intérieur par deux anciens patrons de la DST

"A l'intérieur le KGB c'est d'abord une odeur. Une odeur de renfermé, de vieille tabagie et de choux(...)mais ce qui frappe le plus en parcourant les longs couloirs, ce sont les portes des bureaux de part et d'autre, maculés par la cire des scellés apposés quotidiennement, ou maltraités par les travaux de serrurerie effectués à la diable, sans pitié pour les boiseries. De temps en temps apparait une porte capitonnée.Des allées et venues. L'atmosphère qui régne à l'époque n'a rien de particulièrement feutré,les discussions de couloir sont fréquentes. Aparemment le personnel est nombreux. D'une manière générale, il fait preuve d'un minimum de conscience professionnelle, mais la routine administrative et la sclerose de la pensée communiste ont installé un manque d'ardeur contagieux" Suite


Guerre froide-espionnage
L'affaire Farewell

Farewell est le nom de code d'un agent du KGB Vladimir Ippolitovitch Vetrov qui transmit dans les années 80 plus de 4000 documents au contre-espionnage français. Vetrov avait été en poste à la «résidence» du KGB à Paris entre 1965 et 1979 et était un ardent francophile. L'une des affaires les plus spectaculaires de la guerre froide.
Suite


Que sont devenus les agents du KGB au chomage?

L'effondrement de l'Union Soviétique qui a légué au monde un immense arsenal militaire et une Europe de l'est en pleine misère a mis au chômage un certain nombre d'agents du KGB et du GRU, les renseignements militaires soviétiques. Dans son livre sur le trafic d'armes légères et de petit calibre, paru aux éditions Vendémiaire, Jean-Charles Antoine, un officier de gendarmerie, indique que certains de ces experts en linguistique et en missions clandestines se sont ainsi rapprochés de leurs "anciens contacts extérieurs" pour recréer des réseaux sur la base d'ententes commerciales. Suite
Jean-Charles Antoine. Au coeur du trafic d'armes. Éditions Vendémiaire

Focus

Valentine Zuber: le culte des droits de l'homme

Toute critique envers les droits de l'homme, même si elle est constructive, fait l'objet d'une désaprobation massive émanant essentiellement des milieux dits éclairés ou progressistes. Suite
Le culte des droits de l'homme. Gallimard. Collection Bibliothéque des sciences humaines


Vargas Llosa: le libéralisme se plie à la réalité au lieu d'essayer de forcer la réalité à se plier à lui

Le libéralisme, estime Vargas Llosa, n'est pas une idéologie, c'est à dire une religion laïque et démocratique, mais une doctrine ouverte qui évolue et se plie à la réalité au lieu d'essayer de forcer la réalité à se plier à elle". Suite
Mario Vargas Llosa. De sabres et d'utopies. Arcades. Gallimard.


Civisme au superlatif: la politique de sécurité sanitaire dans le monde transatlantique

Dans l'espoir de renforcer l'adhésion aux institutions politiques et de faire face à la désorganisation sociale engendrée par la crise épidémique, les démocraties sont de plus en plus tentées d'imposer un civisme au superlatif Suite

Patrick Zylberman. Tempêtes microbiennes. Gallimard


Finkielkraut : la défaite de la pensée

Des gestes élémentaires aux grandes créations de l’esprit, tout devient prétendument culturel et il est courant de nos jours de baptiser «culturelles» des activités « où la pensée n’a aucune part». La défaite de la pensée,essai d’Alain Finkielkraut publié en 1987 chez Gallimard n’a pas pris une seule ride et l’on pourrait facilement penser qu’il s’agit d’une réflexion sur le monde qui nous entoure.
Suite