A-lire
Livres et loisirs

    Articles sur l'empire Inca

Le dernier combat avec les conquistadors espagnols

La dernière grande confrontation entre les Incas et les Espagnols date du 18è siècle. C’est vers 1780, qu’un certain José Gabriel Condorcanqui, descendant par sa mère de Félipe Tupac Amaru, décapité en 1572,lance avec environ 80 000 indigènes la dernière grande révolte contre l’envahisseur. Son programme : la restauration de l’empire inca et l’abolition des corvées imposées par les Espagnols.
Suite



La dernière capitale de l'empire inca

Lorsque Hiram Bingham découvre il y a un siècle la forteresse inca du Machu Picchu à environ 100 kms de Cuzco, il croit dur comme fer qu'il s'agit de la dernière capitale inca. Las, les dernières études tendent toutes à prouver que le Machu Picchu faisait seulement partie d'une chaine de forteresses jalonnant le cours de la rivière Urubamba et destiné a protéger Cuzco,capitale de l'empire, des incursions des tribus guerrières de la forêt. C'est le grand souverain Pachacutec et ses successeurs qui l'aurait fait édifier à la fin du 15 eme siècle...
Suite



Pachacutec est resté dans l'histoire comme le plus grand des souverains incas.

Né au début du 15e siècle, c'est lui qui selon les chroniqueurs espagnols ( les Incas ne connaissaient pas l'écriture) dota son empire d'une solide structure administrative, créa le fameux réseau de routes dont on peut encore, de nos jours, voir les traces dans la cordillère des Andes, et construisit ou amorça la construction des monuments les plus célèbres de l'architecture inca, notamment le temple du soleil (Coricancha) et la forteresse de Sacsayhuaman, située au nord de Cuzco, et qui comportait trois murs d'enceinte et des souterrains permettant de passer d'une tour à l'autre, selon le père jésuite Bernardo Cobo, arrivé au Pérou en 1595 et auteur d'une monumentale histoire du nouveau monde. Suite



Incas : le trésor des Incas

Les Incas ont-ils enfoui leurs trésors quelque part dans les Andes pour les protéger de la cupidité des Conquistadors espagnols. Les explorateurs se sont succédés depuis des siècles sans jamais rien trouvé, mais bien des mystères de cette civilisation disparue restent encore enfouis dans les Andes.
Suite.



Les vierges du soleil, esclaves sexuelles de l'empereur inca

Les "vierges du soleil", "femmes choisies" dont la vie était vouée au service de Dieu Soleil, l'empereur Inca et ses prêtres étaient regroupées dans des sanctuaires disséminés d'un bout à l'autre de l'empire. Selon les chroniqueurs espagnols, le sanctuaire-couvent le plus important se trouvait à Cuzco à côté du temple du soleil. Les autres femmes n'avaient pas le droit de pénétrer dans ce lieu sacré. Les "vierges du soleil" étaient destinées à être sacrifiées...ou à servir, pour les plus belles d'entre elles, d'esclaves sexuelles de l'empereur. Suite



Les sacrifices humains à l'époque des Incas

Les Incas sacrifiaient des enfants ou des jeunes gens. On sélectionnait les plus beaux d'entre eux, on les nourrissait bien, on les anesthésiait avec de grandes quantités de cocaïne,ou de la chicha, de l'alcool à base de mais puis on les étranglait ou on les frappait jusqu'à la mort. Ces sacrifices avaient lieu quand l'empereur Inca était malade ou quand l'Empire entrait en guerre contre une nation puissante. Suite

Articles présentés par / A-lire.info

 

Focus

Valentine Zuber: le culte des droits de l'homme

Toute critique envers les droits de l'homme, même si elle est constructive, fait l'objet d'une désaprobation massive émanant essentiellement des milieux dits éclairés ou progressistes. Suite
Le culte des droits de l'homme. Gallimard. Collection Bibliothéque des sciences humaines


Vargas Llosa: le libéralisme se plie à la réalité au lieu d'essayer de forcer la réalité à se plier à lui

Le libéralisme, estime Vargas Llosa, n'est pas une idéologie, c'est à dire une religion laïque et démocratique, mais une doctrine ouverte qui évolue et se plie à la réalité au lieu d'essayer de forcer la réalité à se plier à elle". Suite
Mario Vargas Llosa. De sabres et d'utopies. Arcades. Gallimard.


Civisme au superlatif: la politique de sécurité sanitaire dans le monde transatlantique

Dans l'espoir de renforcer l'adhésion aux institutions politiques et de faire face à la désorganisation sociale engendrée par la crise épidémique, les démocraties sont de plus en plus tentées d'imposer un civisme au superlatif Suite

Patrick Zylberman. Tempêtes microbiennes. Gallimard


Finkielkraut : la défaite de la pensée

Des gestes élémentaires aux grandes créations de l’esprit, tout devient prétendument culturel et il est courant de nos jours de baptiser «culturelles» des activités « où la pensée n’a aucune part». La défaite de la pensée,essai d’Alain Finkielkraut publié en 1987 chez Gallimard n’a pas pris une seule ride et l’on pourrait facilement penser qu’il s’agit d’une réflexion sur le monde qui nous entoure.
Suite