A-lire
Livres et loisirs

Les sacrifices humains chez les Incas.

 

Des précisions de l'historienne Carmen Bernand sur les sacrifices humains chez les Incas. Ils se sont poursuivis dans les communautés indiennes des Andes jusqu'au XXe siècle

"Les sacrifices d’enfants étaient des offrandes faites aux entités ancestrales matérialisées dans des montagnes et des lieux sacrés, afin de conjurer les calamités et éloigner les cataclysmes. A l’époque des Incas, ces offrandes humaines visaient également à préserver la santé du souverain et lui assurer des triomphes militaires. La chute de l’empire impliqua la disparition des cérémonies liées à l’État et au pouvoir central. Mais les croyances liées aux ancêtres et au terroir, subsistèrent, mélangées en partie à des rituels chrétiens. Interdits par la loi, les sacrifices humains furent pratiqués par les communautés, exceptionnellement, et de façon clandestine, jusqu’au XXe siècle." a indiqué à A-lire l'historienne Carmen Bernand, l'une des grandes spécialistes des Incas.

Sacrifices d'enfants ou de jeunes gens

Dans les grandes occasions, les Incas sacrifiaient des enfants ou des jeunes gens. On sélectionnait les plus beaux d'entre eux, on les nourrissait bien, on les anesthésiait avec de grandes quantités de cocaïne,ou de la chicha, de l'alcool à base de mais puis on les étranglait ou on les frappait jusqu'à la mort. Ces sacrifices avaient lieu quand l'empereur Inca était malade ou quand l'Empire entrait en guerre contre une nation puissante. A Pachacamac, un site archéologique à une trentaine de kilomètres de Lima, qui contient les restes d'une important centre religieux, commercial et administratif inca, les chercheurs ont ainsi retrouvé des cadavres de jeunes filles qui n'avaient pas été éxécutées en punition, car leurs corps étaient entourés d'objets familiers, comme s'il était agi de personnes honorables. Il s'agissait vraisemblablement, selon les chercheurs, de Vierges du soleil, des jeunes femmes choisies pour leur beauté pour être des servantes de l'Inca. Elles vivaient toujours cloitrées et dans une perpétuelle virginité. C'est pour cette raison que l'on choisissait des enfants de moins de huit ans, écrit le chroniqueur espagnol, Garcilaso de la Vega qui a enjolivé les coutumes des Incas. Le principal exercice des femmes du soleil, écrit -il, était de filer, de tisser et de faire des vêtements pour le souverain Inca et sa femme légitime. Garcilaso évite soigneusement de s'étendre sur une autre "destination" des servantes du dieu Soleil : servir de bétail pour les sacrifices humains, ou d'esclave sexuel pour l'empereur.

Les vierges du soleil, esclaves sexuelles de l'empereur

Les "vierges du soleil", "femmes choisies" dont la vie était vouée au service de Dieu Soleil, l'empereur Inca et ses prêtres étaient elles regroupées dans des sanctuaires

 

 

Interview réalisé par / A-lire.info/ Histoire

 

 

 

 

Focus

Valentine Zuber: le culte des droits de l'homme

Toute critique envers les droits de l'homme, même si elle est constructive, fait l'objet d'une désaprobation massive émanant essentiellement des milieux dits éclairés ou progressistes. Suite
Le culte des droits de l'homme. Gallimard. Collection Bibliothéque des sciences humaines


Vargas Llosa: le libéralisme se plie à la réalité au lieu d'essayer de forcer la réalité à se plier à lui

Le libéralisme, estime Vargas Llosa, n'est pas une idéologie, c'est à dire une religion laïque et démocratique, mais une doctrine ouverte qui évolue et se plie à la réalité au lieu d'essayer de forcer la réalité à se plier à elle". Suite
Mario Vargas Llosa. De sabres et d'utopies. Arcades. Gallimard.


Civisme au superlatif: la politique de sécurité sanitaire dans le monde transatlantique

Dans l'espoir de renforcer l'adhésion aux institutions politiques et de faire face à la désorganisation sociale engendrée par la crise épidémique, les démocraties sont de plus en plus tentées d'imposer un civisme au superlatif Suite

Patrick Zylberman. Tempêtes microbiennes. Gallimard


Finkielkraut : la défaite de la pensée

Des gestes élémentaires aux grandes créations de l’esprit, tout devient prétendument culturel et il est courant de nos jours de baptiser «culturelles» des activités « où la pensée n’a aucune part». La défaite de la pensée,essai d’Alain Finkielkraut publié en 1987 chez Gallimard n’a pas pris une seule ride et l’on pourrait facilement penser qu’il s’agit d’une réflexion sur le monde qui nous entoure.
Suite