A-lire
Livres et loisirs

portrait de khadafi

Une biographie de Khadafi : le tyran était un incroyable farfelu

Farfelu, Kadhafi l’aura notamment été par ses incroyables costumes : ses burnous, ses capes de laines brune, ses costume blancs, ses uniformes de fantaisies bleus ciel ou noir de jais, bardé de décorations jusqu’à la ceinture, la casquette enfoncée au ras des lunettes soleil.

Khadafi: des discours invraisemblables

Il l’aura été aussi par ses invraisemblables discours qui ont souvent produit d’inoubliables « perles » de très gros calibre. Le mot « démocratie » est un vocable arabe, affirmera-t-il sans rire, en donnant même l’origine étymologique du terme, formé selon lui, à partir des mots arabes « demo » (la foule) et « crassi » (les sièges). Sans aucune hésitation il classera un jour Shakespeare parmi les écrivains arabes en affirmant le plus sérieusement du monde que son nom anglais n’était en fait qu’une déformation du nom arabe « Cheikh Zubayr ». De même selon Kadhafi, l'Amérique aurait été découverte par les Arabes et son nom viendrait d'un certain "Amir Ka".

Khadafi: ses lubies cachaient un impitoyable tortionnaire

Ses lubies sont restées célèbres et notamment celle de ne jamais se déplacer à l’étranger sans sa grande tente de bédouin ou de s’entourer d’une garde constituée uniquement de femmes célibataires ou encore d’avoir toujours à sa disposition une « plantureuse » infirmière ukrainienne, blonde comme les blés de sa terre natale.
Ce genre d’extravagance a pu surprendre voire même faire sourire. Mais derrière le clown pitoyable s’est toujours caché le tortionnaire impitoyable. André Birukoff

Suite

Anatomie d’un tyran. Mouammar Kadhafi . Alexandre Najjar. Actes Sud.

+ Khadafi le corse?

+Khadafi le tortionnaire

+Khadafi l'extravagant

 

Copyright A-lire.info

 

 

 

 

 

 

Focus

Valentine Zuber: le culte des droits de l'homme

Toute critique envers les droits de l'homme, même si elle est constructive, fait l'objet d'une désaprobation massive émanant essentiellement des milieux dits éclairés ou progressistes. Suite
Le culte des droits de l'homme. Gallimard. Collection Bibliothéque des sciences humaines


Vargas Llosa: le libéralisme se plie à la réalité au lieu d'essayer de forcer la réalité à se plier à lui

Le libéralisme, estime Vargas Llosa, n'est pas une idéologie, c'est à dire une religion laïque et démocratique, mais une doctrine ouverte qui évolue et se plie à la réalité au lieu d'essayer de forcer la réalité à se plier à elle". Suite
Mario Vargas Llosa. De sabres et d'utopies. Arcades. Gallimard.


Civisme au superlatif: la politique de sécurité sanitaire dans le monde transatlantique

Dans l'espoir de renforcer l'adhésion aux institutions politiques et de faire face à la désorganisation sociale engendrée par la crise épidémique, les démocraties sont de plus en plus tentées d'imposer un civisme au superlatif Suite

Patrick Zylberman. Tempêtes microbiennes. Gallimard


Finkielkraut : la défaite de la pensée

Des gestes élémentaires aux grandes créations de l’esprit, tout devient prétendument culturel et il est courant de nos jours de baptiser «culturelles» des activités « où la pensée n’a aucune part». La défaite de la pensée,essai d’Alain Finkielkraut publié en 1987 chez Gallimard n’a pas pris une seule ride et l’on pourrait facilement penser qu’il s’agit d’une réflexion sur le monde qui nous entoure.
Suite