A-lire
Livres et loisirs

La découverte du Machu Picchu

Photo: Machu Pichu, illustration

Hiram Bingham raconte sa découverte du Machu Picchu

" De vertigineux gouffres verts, écrit Hiram Bingham, l'explorateur qui a découvert le Machu Picchu, plongeaient vers les rapides à la blancheur éclatante de l'Urubamba tout en bas. Juste en face de nous, sur le flanc nord de la vallée, se découpait une immense falaise granitique en a pic a 2000 pieds ( 610 m ). A gauche, on voyait le piton solitaire d'Huayna Picchu encadré de précipices qui paraissaient inaccessibles. De tous les cotés se dressaient des falaises rocheuses et, derrière elles,les montagnes encapuchonnées de nuages et couvertes de neige atteignaient des milliers de pieds au-dessus de nous".

Le Machu Picchu n'est pas la dernière "capitale "inca

Lorsque Hiram Bingham découvrira, il y a un siècle ( le 24 juillet 1911) la forteresse inca dans ce décor stupéfiant, il est immédiatement saisi par l'harmonie et la taille des constructions. " Les lignes savamment dessinées,la symétrie des pierres de taille et la réduction partielle des assises, écrit-il, s'alliaient pour créer un effet prodigieux plus harmonieux et plus plaisant que celui produit par les temples de marbre du Vieux Monde". Ce ne peut être que Vitcos, la place forte où les derniers empereurs incas s'étaient réfugiés pour échapper aux conquistadors espagnols ! Même lorsque d'autres chercheurs mettront en doute ses assertions, Bingham continuera à s'accrocher dur comme fer à sa théorie: la cité engloutie sous les lianes, qu'il vient de découvrir à quelque 100 kms de Cuzco ( 112 kms en train) est la capitale de l'un des derniers empereurs incas, Manco II et ses fils. Le dit Manco, rappelle Bingham dans La fabuleuse découverte des la cité perdue des Incas ( Pygmalion), avec emporté dans sa fuite de véritables trésors notamment la plus grande et la plus précieuse des effigies en or du Dieu Soleil qui ornaient jusque-là le grand temple de Cuzco. Il n'en fallait pas plus pour exciter les imaginations ! Mais on se rendit compte bientôt que le Machu Picchu n'était pas la dernière capitale inca.

Hiram Bingham. La fabuleuse découverte de la cité perdue des Incas. Pygmalion

 

 

 

Copyright A-lire.info

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Focus

Valentine Zuber: le culte des droits de l'homme

Toute critique envers les droits de l'homme, même si elle est constructive, fait l'objet d'une désaprobation massive émanant essentiellement des milieux dits éclairés ou progressistes. Suite
Le culte des droits de l'homme. Gallimard. Collection Bibliothéque des sciences humaines


Vargas Llosa: le libéralisme se plie à la réalité au lieu d'essayer de forcer la réalité à se plier à lui

Le libéralisme, estime Vargas Llosa, n'est pas une idéologie, c'est à dire une religion laïque et démocratique, mais une doctrine ouverte qui évolue et se plie à la réalité au lieu d'essayer de forcer la réalité à se plier à elle". Suite
Mario Vargas Llosa. De sabres et d'utopies. Arcades. Gallimard.


Civisme au superlatif: la politique de sécurité sanitaire dans le monde transatlantique

Dans l'espoir de renforcer l'adhésion aux institutions politiques et de faire face à la désorganisation sociale engendrée par la crise épidémique, les démocraties sont de plus en plus tentées d'imposer un civisme au superlatif Suite

Patrick Zylberman. Tempêtes microbiennes. Gallimard


Finkielkraut : la défaite de la pensée

Des gestes élémentaires aux grandes créations de l’esprit, tout devient prétendument culturel et il est courant de nos jours de baptiser «culturelles» des activités « où la pensée n’a aucune part». La défaite de la pensée,essai d’Alain Finkielkraut publié en 1987 chez Gallimard n’a pas pris une seule ride et l’on pourrait facilement penser qu’il s’agit d’une réflexion sur le monde qui nous entoure.
Suite