A-lire
Livres et loisirs

La mort de Mussolini

Les derniers jours du Duce

Déguisé dans un uniforme allemand

Lorsque les partisans italiens inspectent le camion où est caché Mussolini, ils découvrent le Duce recroquevillé dans une capote vert-gris, coiffé d'un casque, le regard caché par d'épaisses lunettes noires. Mussolini a revêtu un uniforme allemand pour se déguiser et fait semblant d'être dans un profond sommeil éthylique, mais le commandant en second de la 52e brigade Garibaldi le reconnaît. Les Allemands qui accompagnent le convoi - parmi lesquels se trouvent pourtant des SS - le laissent arrêter sans résistance et abaissent même le marchepied arrière du camion pour faciliter la descente du prisonnier. Pitoyable fin du dictateur italien dont Hitler avait pris congé en 1944 en assurant qu'il était «son seul ami au monde». Le Duce sera exécuté avec sa maîtresse, les cadavres exposés à Milan seront jetés a même le sol. On écrasera leur visage à coups de talon, on urinera même sur la dépouille de Clara Petacci la compagne du Duce.

Mussolini contre la bourgeoisie

Les derniers jours de Mussolini, racontés par Pierre Milza, ex professeur à Sciences-Po, à qui l'on doit déjà une biographie de Mussolini, également publiée chez Fayard, commencent avec les tentatives dérisoires du dictateur pour essayer de gagner la sympathie des classes populaires en embarquant ce qui reste de son régime dans une politique de gauche. A l'automne 43, note Milza, le principal ennemi du fascisme n'est plus pour Mussolini le socialisme mais la bourgeoisie qu'il tient pour responsable du naufrage de l'Italie.

Une éxécution pitoyable

Le Duce est naïf, croyant encore, lorsqu'il fuira vers le «réduit alpin» de la Valteline, à la prochaine arrivée de 5000 «chemises noires» rassemblées par le secrétaire du parti fasciste Alessandro Pavolini. Ce dernier n'arriva finalement qu'avec une douzaine de brigadistes car le reste a fait défection. Pitoyables également toutes ces versions contradictoires de l'exécution du Duce que Pierre Milza nous décrypte dans le livre, en essayant de démêler le vrai du faux. La fin de Mussolini recèle en effet encore des zones d'ombre, ne serait-ce que la destinée finale du magot emporté dans sa fuite. Les fonds - 190 milliards de lires de l'époque- auraient fini par aboutir dans les caisses du jeune état italien et ...du Parti Communiste. Mystère aussi que ces documents secrets que le Duce aurait transporté avec lui et qui auraient contenu des documents confidentiels sur ses relations avec Churchill. Ecrit d'une manière vivante et sur un rythme haletant, le livre de Milza se lit d'une traite.
Pierre Milza. Les derniers jours de Mussolini. Fayard.

Copyright A-lire.info

Focus

Valentine Zuber: le culte des droits de l'homme

Toute critique envers les droits de l'homme, même si elle est constructive, fait l'objet d'une désaprobation massive émanant essentiellement des milieux dits éclairés ou progressistes. Suite
Le culte des droits de l'homme. Gallimard. Collection Bibliothéque des sciences humaines


Vargas Llosa: le libéralisme se plie à la réalité au lieu d'essayer de forcer la réalité à se plier à lui

Le libéralisme, estime Vargas Llosa, n'est pas une idéologie, c'est à dire une religion laïque et démocratique, mais une doctrine ouverte qui évolue et se plie à la réalité au lieu d'essayer de forcer la réalité à se plier à elle". Suite
Mario Vargas Llosa. De sabres et d'utopies. Arcades. Gallimard.


Civisme au superlatif: la politique de sécurité sanitaire dans le monde transatlantique

Dans l'espoir de renforcer l'adhésion aux institutions politiques et de faire face à la désorganisation sociale engendrée par la crise épidémique, les démocraties sont de plus en plus tentées d'imposer un civisme au superlatif Suite

Patrick Zylberman. Tempêtes microbiennes. Gallimard


Finkielkraut : la défaite de la pensée

Des gestes élémentaires aux grandes créations de l’esprit, tout devient prétendument culturel et il est courant de nos jours de baptiser «culturelles» des activités « où la pensée n’a aucune part». La défaite de la pensée,essai d’Alain Finkielkraut publié en 1987 chez Gallimard n’a pas pris une seule ride et l’on pourrait facilement penser qu’il s’agit d’une réflexion sur le monde qui nous entoure.
Suite