A-lire
Livres et loisirs

Pachacutec: le plus grand des souverains Incas

Pachacutec est resté dans l'histoire comme le plus grand des souverains incas.

Un grand bâtisseur

Né au début du 15e siècle, c'est lui qui selon les chroniqueurs espagnols ( les Incas ne connaissaient pas l'écriture) dota son empire d'une solide structure administrative, créa le fameux réseau de routes dont on peut encore, de nos jours, voir les traces dans la cordillère des Andes, et construisit ou amorça la construction des monuments les plus célèbres de l'architecture inca, notamment le temple du soleil (Coricancha) et la forteresse de Sacsayhuaman, située au nord de Cuzco, et qui comportait trois murs d'enceinte et des souterrains permettant de passer d'une tour à l'autre, selon le père jésuite Bernardo Cobo, arrivé au Pérou en 1595 et auteur d'une monumentale histoire du nouveau monde.

Pachacutec : le chantier du Machu Picchu

" Ces souterrains, écrit-il, étaient fort habilement bâtis, avec un si grand nombre de galeries qui s'enchevêtraient et de portes en vis à vis qu'à peine était-on entré dans ce labyrinthe - écrit-il - qu'on s'embrouillait et n'arrivait pas à en sortir". C'est également à Pachacutec qu'on attribue la mise en chantier de la citadelle du Machu Picchu, considérée à tort pendant de nombreuses années comme la dernière capitale inca, alors qu'il s'agissait seulement, selon toute vraisemblance, d'une forteresse faisant partie d'une chaîne de places fortes destinées à protéger Cuzco des incursions des tribus ennemies.

Pachacutec: Un guerrier féroce

Pachacutec fut également un grand chef militaire qui assura l'expansion et la consolidation de l'empire Inca, parvenant en quelques décennies à rassembler plus de cinq cent tribus indigènes de la cordillère des Andes au sein d'un même royaume. Lorsque les soldats victorieux revenaient à Cuzco, auréolés de leurs succès militaires, ils portaient sur leurs pics,cheveux au vent, les têtes des seigneurs tombés au combat. C'était une coutume inca : on remplissait le corps des guerriers de cendre ou de paille,les têtes des vaincus étaient embrochés et exposés en plein air. Personne n'avait le droit d'approcher les gibets. Les premiers conquistadors en virent ainsi à l'entrée de Cuzco, lorsqu'il pénétrèrent pour la première fois dans la capitale de l'empire. Pour tous ceux qui s'intéressent à l'histoire inca, le portrait de Pachacutec écrit par l'ethnohistorienne Rostworowski et publié chez Tallandier est un document passionnant.

Maria Rostworonski. Le grand inca. Tallandier

 

 

 

 

Copyright A-lire.info

Focus

Valentine Zuber: le culte des droits de l'homme

Toute critique envers les droits de l'homme, même si elle est constructive, fait l'objet d'une désaprobation massive émanant essentiellement des milieux dits éclairés ou progressistes. Suite
Le culte des droits de l'homme. Gallimard. Collection Bibliothéque des sciences humaines


Vargas Llosa: le libéralisme se plie à la réalité au lieu d'essayer de forcer la réalité à se plier à lui

Le libéralisme, estime Vargas Llosa, n'est pas une idéologie, c'est à dire une religion laïque et démocratique, mais une doctrine ouverte qui évolue et se plie à la réalité au lieu d'essayer de forcer la réalité à se plier à elle". Suite
Mario Vargas Llosa. De sabres et d'utopies. Arcades. Gallimard.


Civisme au superlatif: la politique de sécurité sanitaire dans le monde transatlantique

Dans l'espoir de renforcer l'adhésion aux institutions politiques et de faire face à la désorganisation sociale engendrée par la crise épidémique, les démocraties sont de plus en plus tentées d'imposer un civisme au superlatif Suite

Patrick Zylberman. Tempêtes microbiennes. Gallimard


Finkielkraut : la défaite de la pensée

Des gestes élémentaires aux grandes créations de l’esprit, tout devient prétendument culturel et il est courant de nos jours de baptiser «culturelles» des activités « où la pensée n’a aucune part». La défaite de la pensée,essai d’Alain Finkielkraut publié en 1987 chez Gallimard n’a pas pris une seule ride et l’on pourrait facilement penser qu’il s’agit d’une réflexion sur le monde qui nous entoure.
Suite