A-lire
Livres et loisirs

Les chefs de la Stasi

Erich Mielke la brute et Markus Wolf l'intellectuel.

Deux figures bien différentes et souvent opposées ont dominé l'histoire de la Stasi. Celle du criminel Erich Mielke, ministre de la sécurité d'état, qui termina sa carrière, lors de la débâcle, sous les quolibets de l'assemblée du peuple, et celle élégante et distinguée de Markus Wolf, patron de l'espionnage ( la HVA) qui ferma les yeux sur les exactions de ses collèges et couvrit d'innombrables crimes au nom de la fidélité au grand frère soviétique qui avait contribué à la défaite nazie. Ils sont les deux chefs de la Stasi qui sont restés dans l'histoire. Mielke était le patron de Wolf

Markus Wolf, l'intellectuel

Markus WolfWolf revenu en Allemagne après la guerre avec un passeport soviétique en uniforme d'officier de l'armée rouge, venait d'une famille juive. Il était le fils de Friedrich Wolf un pacifiste communiste auteur de pièces de théâtre. Son père avait fui dès 1933 l'Allemagne nazie avec sa famille sauvant ainsi sa femme et ses deux enfants de la mort. Le frère de Markus devint un talentueux cinéaste.

Ce qui comptait le plus aux yeux du patron de l'espionnage est-allemand ( Mielke ministre de la Sécurité était ainsi son supérieur hiérarchique) était que l'URSS avait combattu les bourreaux nazis. L'oncle de Wolf était mort dans un camp de concentration, et Wolf avait transféré sur l'Occident son désir de punir le nazisme et le fascisme. Il était ainsi devenu un redoutable adversaire pour les services de renseignements étrangers qui pendant des dizaines d'années ne connaissaient même pas son visage.

Erich Mielke, la brute

erich mielkeErich Mielke, patron du MFS ( Ministère de la Sécurité d'État Ministerium für Staatssicherheit, MfS) supérieur hiérarchique et rival de Wolf était un stalinien convaincu qui continua de vénérer jusqu'à la fin le "petit père des peuples". Entré très jeune au parti, il avait assassiné en 1931 deux policiers à Berlin lors d'une manifestation et s'était enfui en URSS pour échapper à la peine de mort. "Mielke était la Stasi", (titre d'une biographie de Heribert Schwan parue en allemand) et pratiqua au sein même de son parti les méthodes d'épuration stalinienne. Il fut même, rappelle Jean-Paul Picaper dans son ouvrage Berlin-Stasi, à l'origine de deux concepts qui permettaient de condamner pratiquement n'importe qui. Celui de "diversion politico-idéologique" et celui d'"activité politique clandestine". Mielke mena durant toute sa vie une source lutte d'influence- qu'il ne gagna jamais- contre Markus Wolf. Il avait la confiance de Erich Honecker, le chef d'état est allemand, mais...Wolf qui parfait parfaitement russe avait celle du Kremlin et du KGB.

Copyright A-lire.info

Jean-Paul Picaper. Berlin Stasi. Editions des Syrtes
Jens Gieseke. Der Mielke-Konzern. DVA. ( l'un des meilleurs ouvrages parus en allemand sur l'histoire de la Stasi)

+ Stasi Témoignage. Le zippo de la Stasi

+ A-lire.info video sur le mur de Berlin. Document de 1967 en couleurs d'origine.

Focus

Valentine Zuber: le culte des droits de l'homme

Toute critique envers les droits de l'homme, même si elle est constructive, fait l'objet d'une désaprobation massive émanant essentiellement des milieux dits éclairés ou progressistes. Suite
Le culte des droits de l'homme. Gallimard. Collection Bibliothéque des sciences humaines


Vargas Llosa: le libéralisme se plie à la réalité au lieu d'essayer de forcer la réalité à se plier à lui

Le libéralisme, estime Vargas Llosa, n'est pas une idéologie, c'est à dire une religion laïque et démocratique, mais une doctrine ouverte qui évolue et se plie à la réalité au lieu d'essayer de forcer la réalité à se plier à elle". Suite
Mario Vargas Llosa. De sabres et d'utopies. Arcades. Gallimard.


Civisme au superlatif: la politique de sécurité sanitaire dans le monde transatlantique

Dans l'espoir de renforcer l'adhésion aux institutions politiques et de faire face à la désorganisation sociale engendrée par la crise épidémique, les démocraties sont de plus en plus tentées d'imposer un civisme au superlatif Suite

Patrick Zylberman. Tempêtes microbiennes. Gallimard


Finkielkraut : la défaite de la pensée

Des gestes élémentaires aux grandes créations de l’esprit, tout devient prétendument culturel et il est courant de nos jours de baptiser «culturelles» des activités « où la pensée n’a aucune part». La défaite de la pensée,essai d’Alain Finkielkraut publié en 1987 chez Gallimard n’a pas pris une seule ride et l’on pourrait facilement penser qu’il s’agit d’une réflexion sur le monde qui nous entoure.
Suite