Des idees dans les livres

 

Valentine Zuber: le culte des droits de l'homme

Toute critique envers les droits de l'homme, même si elle est constructive, fait l'objet d'une désaprobation massive émanant essentiellement des milieux dits éclairés ou progressistes. Cette remarque de Valentine Zuber, dans son ouvrage intitulé Le culte des droits de l'homme, publié chez Gallimard dans la collection Bibliothéque des sciences humaines, montre la limite de l'exercice, spécialement dans un pays comme la France, où les droits de l'homme et leurs textes fondateurs sont devenus parole d'évangile. Suite
Le culte des droits de l'homme. Gallimard. Collection Bibliothéque des sciences humaines


Vargas Llosa: le libéralisme se plie à la réalité au lieu d'essayer de forcer la réalité à se plier à lui

Le libéralisme, estime Vargas Llosa, n'est pas une idéologie, c'est à dire une religion laïque et démocratique, mais une doctrine ouverte qui évolue et se plie à la réalité au lieu d'essayer de forcer la réalité à se plier à elle". De sabres et d'utopies"( Gallimard) recueil de conférences et d'articles publiés tout au long de sa vie par l'écrivain n'est pas uniquement, comme son sous-titre pourrait le laisser penser, un livre consacré à l'Amérique Latine. Il y a bien sûr de nombreuses réflexions sur ce continent, dont Vargas Llosa, citoyen du monde, se reconnaît le fils. Mais c'est surtout une voix magistrale qui s'élève pour dénoncer les errances de la pensée contemporaine et occidentale en particulier, comme cet article de 2004 intitulé "Les putains tristes de Fidel" ou Vargas LLosa dénonce la politique du "dialogue amical" avec Cuba prôné par le socialiste espagnol Zapatero.Suite
Mario Vargas Llosa. De sabres et d'utopies. Arcades. Gallimard.


Civisme au superlatif: la politique de sécurité sanitaire dans le monde transatlantique

Dans l'espoir de renforcer l'adhésion aux institutions politiques et de faire face à la désorganisation sociale engendrée par la crise épidémique, les démocraties sont de plus en plus tentées d'imposer un civisme au superlatif (l'accent est mis sur les devoirs et les obligations du citoyen comme sur la nécessité de faire preuve d'altruisme), qu'il s'agisse des quarantaines, de la vaccination, voire de la constitution de réserves sanitaires sur le modèle des réserves de la sécurité civile, souligne Patrick Zylberman dans Tempêtes microbiennes publié chez Gallimard. Suite

Patrick Zylberman. Tempêtes microbiennes. Gallimard


Les traductions de Max Weber passées au crible

Ce « classique » de la sociologie qu'est devenu L'éthique protestante et l'esprit du capitalisme de Max Weber est disponible en français dans trois traductions différentes. Quand on sait que des pans entiers de l'œuvre wébérienne – en particulier sa sociologie de la domination – ne sont toujours pas accessibles en français et quand on connaît le manque flagrant en France de traducteurs « compétents » – surtout pour la langue allemande ‑, on peut regretter cette « surabondance», qui ne peut que plonger le lecteur profane dans l'embarras. Mais, en l'occurrence, il semble que le bon choix ne soit pas trop difficile à faire.La première (Press Pocket, traduction de Jacques Chavy) est la reprise en édition de poche d'une traduction parue en 1964 – la 1ère édition allemande datant de 1904-1905 – qui, si elle avait à l'époque le mérite d'exister, n'était pas exempte, loin s'en faut, de déficiences, y compris au plan strictement linguistique. La reprise du même texte, sans aucune révision, mais dans une version abrégée (les longues notes que Weber avaient rédigées pour étayer sa démonstration, en particulier pour la seconde édition ont été « expurgées » ) ne témoigne pas d'un grand souci de rigueur de la part des éditeurs, soucieux, semble t-il,de ne pas perdre leur part de marché face aux deux nouvelles traductions, apparues plus récemment, l'une, en 2000, aux éditions Flammarion ( traduction d'Isabelle Kalinovski ), l'autre, en 2003, aux éditions Gallimard (traduction de Jean-Pierre Grossein ).
Suite


Une critique de Michel Foucault par Jean-Marc Mandosio

" Il y a chez Foucault, comme chez la plupart de ses contemporains à prétention philosophique, une prolifération conceptuelle qui est surtout, à bien y regarder, une inflation verbale" écrit Jean-Marc Mandosio dans un essai au vitriol sur Michel Foucault.
" Un tel langage, continue t-il, constitue en quelque sorte un signe distinctif correspondant à une stratégie bien connue de positionnement par différenciation sur le marché des idées. Que les concepts en question comme dans le cas de Foucault soient souvent flous ou à géométrie variable n'est pas gênant ; bien au contraire,c'est la garantie pour les commentateurs qu'ils auront du travail". Mais ce n'est pas tout : dans ce brillant essai, Mandosio, qui est maître de conférences à l'Ecole pratique des Hautes Etudes déboulonne de son piédestal la fameuse théorie des Epistémès, l'un des fondements de l'archéologie du savoir, ouvrage clef du philosophe. Suite


Finkielkraut : la défaite de la pensée

Des gestes élémentaires aux grandes créations de l’esprit, tout devient prétendument culturel et il est courant de nos jours de baptiser «culturelles» des activités « où la pensée n’a aucune part». La défaite de la pensée, essai d’Alain Finkielkraut publié en 1987 chez Gallimard n’a pas pris une seule ride et l’on pourrait facilement penser qu’il s’agit d’une réflexion sur le monde qui nous entoure.
Suite

 

 


Un interview de l'écrivain américain Robert Littell
La sombre réalité de la stagnation économique va rattraper Poutine

La Russie est à nouveau entrée dans une période de stagnation et déjà les oligarques prévoient de quitter le pays de peur d’être emportés par une nouvelle révolte populaire, estime dans une interview avec A-lire.info l’Américain Robert Littell qui prépare un nouveau livre et se trouve actuellement en France pour la promotion de la traduction française de son dernier chef-d’œuvre d’œuvre « Requiem pour une révolution ». Suite



 

Critiques de romans français et étrangers, de livres pour mieux comprendre le monde, les idées qui l'agitent et tirer des leçons de l'histoire.

 

En vue

La dernière fresque historique de « Requiem pour une Révolution » est un chef d'oeuvre qui rivalise avec "Dix jours qui ébranlèrent le monde » de John Reed pour ce qui est de la force narrative. Suite


je suis pilgrim un roman de Terry Hayes

Vous courrez un grand danger en achetant Je suis Pilgrim de : une fois fini de le lire, les autres romans d'espionnage vous paraîtront sans doute bien fades. Car Je suis Pilgrim est un roman d'espionnage,mais aussi un thriller, un roman policier, un roman d'aventures, bref une fiction que vous ne lâcherez pas une fois que vous l'aurez commencée. Suite
Terry Hayes. Je suis Pilgrim. JCLattès



Un roman de l'écrivain espagnol , à mi-chemin entre l'imaginaire et le réel, qui aurait pu aussi bien avoir comme intitulé Chronique du pays basque dans les années 70. Suite



camus

Albert Camus. La philosophie de l'absurde.


Albert Camus. L'homme révoltéL’homme révolté a été publié en 1951. Il déclencha dès sa sortie de nombreuses polémiques


Albert Camus. La peste." Je veux exprimer au moyen de la peste l'étouffement dont nous avons souffert et l'atmosphère de menace et d'exil dans laquelle nous avons vécu" écrit Camus en 1942 dans ses carnets.


Albert Camus. L'étranger. Être étranger au monde qui nous entoure peut nous faire condamner à mort.


Romain Gary


Un cahier Romain Gary aux editions de l'Herne

Romain Gary fait souffler un air vivifiant dans notre littérature en chambre. Et bouscule le narcissisme de la conscience moderne. Suite


Romain Gary aviateur

Le 25 novembre 1943, Romain Gary, navigateur à bord d'un bombardier Boston des Forces Francaises Libres, est grièvement blessé au ventre lors d'un raid aérien Suite


Les racines du ciel de Romain Gary

Le roman se déroule en Afrique Equatoriale française et le héros de cette fiction, recompensée à l'époque par le Goncourt, combat l'extermination des éléphants qui présente à ses yeux les caractères d'un holocauste. Suite


Romain Gary et les femmes

Romain Gary était un grand séducteur. Il ne pouvait pas vivre sans une présence féminine à ses cotés. Suite

 

 


HISTOIRE

Les atrocités des médecins nazis. "Après une anesthésie locale, le Dr Dering m'a opéré pour m'enlever un testicule. Le testicule enlevé a été jeté dans un bocal rempli de liquide bleu. Dans le bocal, se trouvaient déjà plus d'une dizaine de testicules de mes prédécesseurs".Suite