Archives de catégorie : Beaux-hôtels

Beaux hôtels: le Sacher de Salzbourg en Autriche

Dans la ville de Mozart, luxuriant classicisme à l’hôtel Sacher de Salzbourg une petite ville d’Autriche dont la vieille ville a été inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco. Couleurs flamboyantes, tapisseries, confort et tradition. Un régal pour les sens, comme la musique de Mozart.

Au Sacher de Salzburg

Cliquer pour faire défiler les images ci-dessous

la Ferme d’Augustin: la ferme provençale de Saint-Tropez

A la ferme d'Augustin de Saint-Tropez

Le salon de la ferme d’Augustin

Entre attrape-nigauds et bling bling pas facile de dénicher à Saint-Tropez un hôtel vraiment provençal, mais on en a finalement trouvé un: la Ferme d’Augustin, une « ferme » provençale à la sauce tropézienne  avec des prestations de qualité.

La Ferme d’Augustin fut ouverte dans les années 50 par Augustin, le père de Ninette l’actuelle propriétaire. On accueillait alors à déjeuner quelques hôtes de passage qui y restaient parfois dormir. Dans les années 80, les bâtiments furent agrandis et restaurés en leur conservant le style maison de famille.
La plupart des résidents de la Ferme d’Augustin dinent le soir sur place.La Ferme propose des plats simples et gouteux avec des légumes qui ont du gout, des poissons et d’excellentes viandes que l’on sert grillées. Sans compter les magnifiques hors d’oeuvres. De la belle cuisine méditerranéenne sous le ciel étoilé de Provence.

La Ferme d’Augustin de Ramatuelle est en quelque sorte l’archétype du charme tropézien. A dix minutes en voiture du centre de Saint-Tropez, cet hôtel de luxe est à quelques centaines de mètres de la plage de Tahiti, au début de la longue bande de sable de la célèbre plage de Pampelonne. Un ensemble disparate de plusieurs bâtiments sans aucune unité architecturale avec une quarantaine de chambres allant de la plus simple à la suite vue mer. Et c’est pourtant une adresse « vraiment » exceptionnelle, on va vous dire pourquoi.

C’est dans les années 50, qu’Augustin, père de Ninette l’actuelle propriétaire, ouvrait sa table à quelques hôtes de passage qui y restaient parfois dormir. Dans les années 80, les bâtiments furent agrandis et restaurés en leur conservant le style maison de famille et la Ferme d’Augustin ressemble maintenant à un petit village.

Rien de léché dans la décoration: la ferme d’Augustin, qui n’a pas besoin comme d’autres hôtels de Saint-Tropez de faire de l’événementiel pour asseoir sa réputation, est à l’antithèse de l’ambiance « Côté Sud »(nom d’une revue de décoration française). Pas besoin de bureau de Com spécialisé « luxe » ou « art de vivre »: on ne vous vend pas ici du pseudo style tropézien, on vous propose de vivre tout simplement à la manière tropézienne, autour des valeurs qui continuent à attirer le monde entier dans le petit village. Authenticité, calme, qualité, nonchalance, raffinement..

La Ferme d’Augustin est un hôtel pour « initiés » qui connaissent bien Saint-Tropez ou sont attirés par son art de vivre et désireux de le pratiquer. Même en plein mois d’Aout, alors que le tourisme de masse sévit sur la Côte d’Azur, on jouit à la Ferme d’un calme royal. Il y a des bancs dans les allées du jardin, la piscine est dissimulée dans la verdure, avec des tables un peu partout, pour s’asseoir, jouer aux cartes, prendre un verre, ou bouquiner. Et un service omniprésent, qu’on ne remarque même pas, souriant et accueillant.

Et pour couronner le tout, un restaurant qui donne envie de prendre tous ses repas sur place. Une cuisine maison, des grillades, des salades, des spécialités provençales, avec des légumes de la propriété. Les tomates ont du goût, et les côtes de boeuf sont parfaitement grillées. « Jugosas »,comme on dit en Amérique du sud, saisies à l’extérieur et saignantes au milieu.

A noter, par souci d’objectivité, que les chambres les moins chères n’ont pas de vrais fenêtres et sont éclairées par des portes-fenêtres donnant sur les allées du jardin. Elles sont bien climatisées, mais assez exiguës, ce qui n’est pas gênant pour un très court séjour, mais peut se révéler un peu difficile à supporter pour un séjour plus long, d’autant plus qu’on est  obligé, en été, en raison de la chaleur, de dormir avec la climatisation porte-fenêtre fermée. Bref ce n’est vraiment pas l’idéal…

Enregistrer