Restaurants de Madrid: les ravages de la mondialisation

De nombreux restaurants de Madrid ont disparu remplacés par des enseignes sans cachet

Qualité en baisse, prix en hausse, voire carrément abusifs dans certains restaurants, sans compter une vague effrénée de mondialisation qui a fait disparaître de nombreux bistrots remplacés par des enseignes sans cachet, c’en est fini d’un certain Madrid. Il reste, malgré la crise, la soif de vie des Espagnols, leur amour de la fête, et de la vie nocturne, mais la ville a perdu beaucoup de son panache.

Le nombre des touristes est en chute libre : moins 22 pour cent en aout 2013. La Plaza Mayor, centre emblématique de la capitale est sale et sert de dortoir aux trainards et les habitants se plaignent des rats. Il faut dire que la municipalité, en raison de la crise, a réduit le budget nettoyage de 154 millions d’euros en 2010 à 129 en 2012. Même situation pour l’entretien des rues et de l’éclairage: 167 millions d’euros en 2013 contre 310 en 2011.

Madrid: la ville est devenue très chère pour des restaurants de qualité

Madrid est devenue une ville très chère, parfois même plus chère que Paris pour des restaurants à qualité égale. Eh oui… les factures flambent, les tapas à 10 euros la portion n’étonnent plus personne et la qualité est loin d’être au rendez vous dans tous les petits bistrots qui faisaient jadis la joie des visiteurs. Et ce n’est pas parce que l’établissement figure encore dans certains guides gastronomiques – l’encart de pub y est certainement pour quelque chose- que l’on est assuré de bien y manger.

Comme par exemple cette pauvre Casa Paco près de la plaza Mayor. Même si ses murs sont remplis des photos des célébrités qu’elle a accueillies au temps de sa splendeur, et que l’on aperçoit Omar sharif ou Frank Sinatra en photo avec le patron..mort depuis bien longtemps…

A la belle époque, Casa Paco servait de pantagruéliques pièces de boeuf délicieusement saisies dans de l’huile et qui continuaient encore à rissoler devant le client lorsqu’elle étaient servies dans des assiettes brûlantes. » On continue la tradition, assure le garçon ». De qui se moque t-on?: l’entrecôte à 27 euros qui arrive sur la table est tellement entrelardée de déchets qu’il en reste la moitié dans l’assiette et les restes de cocido (pot-au-feu) servis réchauffés sont ignobles.

Madrid: des milliers de bars et de cafeterias ont disparu

On pourrait multiplier ainsi les exemples d’anciennes gloires madrilènes devenues des gargotes carrément indigestes. A qui la faute? A l’euro et à la « crise » disent les madrilènes. Ce n’est tout à fait exact: on serait plutôt tenté de dire méchamment que les Espagnols qui ont dévasté avec acharnement leur littoral avec d’immondes programmes immobiliers, construit des aéroports qui n’ont en fin de compte jamais accueilli d’avions, et des lignes de TGV sans voyageurs ou presque, ont mis a mal, à Madrid, cette richesse gastronomique que toute l’Europe leur enviait. Pour faire moderne, sans doute, et gagner davantage d’argent, en remplaçant les bistrots par des bars « fusion » pour anorexiques, des plats d’assemblage, et du surgelé.

En résumé, l’époque est bien finie, ou l’immense majorité, on peut facilement dire, 90 % des bistrots madrilènes servaient une excellente cuisine traditionnelle, pour des prix raisonnables. 4500 bars et cafeterias ont disparu au cours des quatre dernieres années, 1800 dans la seule année 2012.

L’Espagne est un pays ou les fruits de mer et les poissons sont rois mais certains mollusques comme les Percebes (pousse-pied) sont devenus maintenant tellement inabordables qu’ils ont disparu de la carte de nombreux restaurants. Idem pour les célèbres angulas, des civelles, saisies dans de l’huile brûlante, avec des gousses d’ail et des piments. C’est devenu un plat de très très grand luxe.

Une réflexion au sujet de « Restaurants de Madrid: les ravages de la mondialisation »

  1. Ping : Réductions d’automne dans les hôtels Melia | Le journal des voyages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *