www.a-lire.info
Le magazine des livres

Des témoignages sur la consommation de cocaïne

Cocaïne: une descente aux enfers

Gabriella a sniffé sa première ligne de coke à 14 ans. Presque aussitôt la descente aux enfers a commencé. Dépressions, tentatives de suicide, automutilation, comas éthylique, hospitalisations, désintoxications, rechutes… : elle a parcouru un à une toutes les étapes de l'itinéraire type d'un « accro à la poudre ». Elle a aujourd'hui 21 ans et entrevoit à peine le bout du tunnel.
Avec cinq témoignages, dont celui de Gabriella, le Docteur Laurent Karila, un des meilleurs spécialistes du problème, nous fait entrer dans le monde dramatique et pitoyable de ceux que la redoutable capacité addictive  de la cocaïne a pris au piège. Un monde dont on ne revient jamais totalement intact.

Cocaïne: des témoignages de consommateurs

Ces cinq témoignages sont le point culminant du dernier livre du Docteur Karila « Une histoire de poudre », écrit en collaboration la journaliste Sophie Verney-Caillat. Agrémenté d'un « dictionnaire de la cocaïne » et d'une très complète bibliographie, cet ouvrage retrace aussi, dans un style simple et efficace, l'histoire de cette « poudre magique » longtemps portée aux nues avant d'être vouée aux gémonies.

Cocaîne: Sigmund Freud en avait fait l'éloge

Sigmund Freud en avait fait l'éloge dans un livre, « Sur la cocaïne », paru en 1884, le pharmacien corse Angelo Mariani l'avait utilisée pour un vin très apprécié à la fin du XIXe pour ses vertus « stimulantes, relaxantes et antidépressives » et jusqu'en 1920 elle était le véritable « secret » contenu dans les fameuses petites bouteilles de Coca Cola. Mais l'enthousiasme a finalement été de courte durée, aussi bref que la sensation d'euphorie, de clairvoyance et de puissance, notamment sexuelle, que cette poudre magique procure avant de faire sombrer l'utilisateur dans la détresse et l'envie irrésistible et de plus en plus coûteuse de recommencer en augmentant chaque fois plus les doses.

Cocaïne: la fortune des barons de la drogue

Devenue illégale elle a fait, et continue de faire, la fortune des sinistres « barons de la drogue » qui à coup de millions parviennent, dans certains pays, notamment d'Amérique latine, à infiltrer les plus hauts niveaux de l'Etat. Le plus célèbre d'entre eux, le Colombien Pablo Escobar, dont l'édifiante histoire est brièvement retracée, en est sans doute le meilleur exemple.
La cocaïne a longtemps été l'apanage de la jet-set, du show-biz, de la pub et de la mode et ce côté « glamour » a fasciné le grand public d'autant plus qu'elle a souvent été présentée, en chansons ou au cinéma, comme une drogue douce et « récréative » dont on pourrait sans problème et en tout cas beaucoup plus facilement que le tabac, arrêter la consommation.

La "démocratisation" de la cocaïne

L'augmentation de l'offre ayant fait baisser les prix, elle s'est « démocratisée » à partir des années 80 et touche désormais toutes les catégories sociales. Une « percée » d'autant plus inquiétante que, comme l'admet le Docteur Karila, aucun remède réellement efficace pour s'en débarrasser définitivement, n'a été trouvé.
André Birukoff
Dr Laurent Karila avec Sophie Verney-Caillat.Une histoire de poudre . Flammarion.

+ Les drogues de combat

Copyright A-lire.info

 

 

 

 

 

Des témoignages sur la consommation de cocaïne


Drogues de combat

Hercule était invincible, Achille invulnérable, et les légions de César n'ont jamais réussi à venir à bout des valeureux compagnons d'Astérix, dopés comme lui à la potion magique. Le mythe du guerrier indestructible hante sans doute les états-majors depuis que la guerre existe et pour disposer de soldats toujours vainqueurs certains n'ont pas hésité à leur donner un petit coup de pouce, parfois naturel mais le plus souvent purement chimique. Les Nazis fournissaient pendant la guerre des pilules de Pervitine à leurs troupes.
Pour en savoir plus


Drogues et terrorisme

De nombreux mouvements terroristes se financent grace au crime organisé et au trafic de drogue.
Pour en savoir plus