www.a-lire.info
Le magazine des livres

 

La surpopulation et la prochaine guerre des générations


La surpopulation entrainera une guerre des générations

Marche forçée vers le chaos : dès le milieu du XXIe siècle, le monde tel que nous le connaissons disparaitra. Le surpeuplement, le vieillissement des populations et l'épuisement des ressources, à l'échelle planétaire, provoqueront des conflits d'un continent à l'autre et d'une génération à l'autre.

Personne n'avait osé envisager un avenir aussi désespéré, sauf peut-être le cynique Thomas Malthus, dont les théories de mauvais augure pourraient enfin triompher, 200 ans après sa mort.Comme un leitmotiv ce scénario catastrophe est analysé par d'éminents économistes dans un ouvrage collectif « Le choc des populations, Guerre ou paix » publié chez Fayard sous la houlette du Cercle des économistes, un « think tank », constitué d'universitaires, crée il y a près de 20 ans pour organiser et développer le débat économique.

«  Marche forcée » vers le chaos. Un monde de vieillards.

A quoi ressemblera le monde dans 40 ans ? Avec une population de 9 milliards en 2050 il sera surpeuplé. Mais ce sera aussi un monde de vieillards. Les plus de 60 ans « seront 2 milliards en 2050 au lieu de 700 millions aujourd'hui » et les plus de 80 ans « passeront de 88 millions aujourd'hui à 400 millions en 2050, principalement en Asie ». L'Europe ne sera pas mieux lotie avec 160 millions de sexagénaires dès 2030, contre 117 millions actuellement. Ce vieillissement sans précédent de la population est d'autant plus inquiétant que le problème du financement des retraites n'a nullement été réglé à l'échelle mondiale, notamment en France où les réformes envisagées se heurtent à de nombreuses oppositions.
En l'absence de solution, le vieillissement de la population, risque même de provoquer «une guerre des générations sur le thème de la distribution de la richesse, des revenus, et du poids de la fiscalité », prévient le Cercle des économistes qui met en garde contre un dangereux ralentissement du progrès technologique. Les seniors, expliquent-ils, seront tentés de « s'accrocher aux meilleurs postes » tandis que les jeunes devront attendre leur tour de plus en plus longtemps. Et comme les idées neuves sont le propre de la jeunesse « le fait de retarder son arrivée aux postes de commande risque de ralentir les avancées technologiques ».

Les cinq causes de la prochaine guerre des generations

« La crise va rendre la solidarité intergénérationnelle difficile pour cinq raisons :
- L'accumulation des dettes publiques visant à soutenir à court terme la demande va évidemment être une charge pour les générations futures.
-L'ajustement des entreprises se fait essentiellement, d'une part, par la réduction de l'emploi des jeunes qui ont surtout des contrats de travail temporaire, d'où la hausse durable du chômage des jeunes : d'autre part, au détriment des salariés et en faveur des actionnaires.
- La faible croissance complique le financement des dépenses publiques de santé et de retraite, d'où la baisse inévitable de la générosité de ces politiques de transferts publics sur vers les individus âgés.
- La crise rend les banques plus prudentes dans la distribution de crédit, ce qui est surtout défavorable aux jeunes emprunteurs.
- La poursuite des politiques monétaires très expansionnistes conduit à nouveau à des bulles sur les prix des actifs, favorables aux détenteurs de patrimoines. »


L'épuisement des ressources. Un milliard de personnes n'ont pas accès à l'eau.

La aussi, l'avenir est sombre. Dans le domaine de l'eau, par exemple. Sa rareté, de plus en plus évidente, risque de déclencher des déplacements considérables de populations et provoquer de spectaculaires conflits. « Un milliard d'habitants de la planète n'ont pas accès à l'eau et 25.000 êtres humains, dont la moitié sont des enfants, meurent chaque jour faute d'eau », rappellent les économistes. « Les caprices de l'eau sont à l'origine de déplacements massifs de population et d'ici 2050, le nombre de migrants dits « écologiques » atteindra 250 millions », annoncent-ils.
Résumé en une phrase voici ce qui nous attend : « Jamais la rareté n'a été plus présente qu'en ce début de siècle. Energie, épargne, capital humain, eau, terres arables… tout est objet de compétition, de conflits, de déplacements de population, de création de métropoles ingérables, ou, à l'opposé de désertification et d'abandon ».

Des solutions ? A part « de beaux principes et de généreuses intentions » elles n'ont pas encore été trouvées, constatent les spécialistes du Cercle des économistes. Ainsi, expliquent-ils, nous sommes entrés dans un monde d'incertitudes où tout peut arriver. Même le pire.

André Birukoff

Copyright A-lire.info


Le Choc des populations, Guerre ou paix. Ouvrage collectif sous la direction du Cercle des économistes. Jean-Hervé Lorenzi et Pierre Dockès. Fayard.

Vous êtes sur la version mobile de A-lire.info