www.a-lire.info
Le magazine des livres

Trafic d'armes en guyane francaise

Trafic d'armes:la Guyane francaise est devenue un eldorado pour les chercheurs d'or qui financent leurs achats d'armes avec l'or récolté

Depuis la fin des années 1980, le territoire de la Guyane française est devenu un véritable Eldorado pour les orpailleurs venus du Brésil et du Suriname voisins. Vivant dans un milieu particulièrement hostile pour l’être humain, ces travailleurs illégaux survivent dans des conditions réellement difficiles. Ils chassent et se défendent, et ils financent leurs achats de nourriture, de vêtements, de transports, d’armes et de munitions avec l’or récolté.

Trafic d'armes: les armes utilisées

Les armes utilisées sont avant tout des pistolets automatiques Taurus et des fusils de chasse Baïkal en calibres 12 ou 20, tous deux d’origine brésilienne. Contrairement à ce que l’assassinat des deux militaires français et des deux gendarmes à proximité du site d’orpaillage de Dorlin au cœur de la Guyane a montré, les armes automatiques de calibre 7.62, c’est-à-dire des fusils de type Kalachnikov en provenance du Suriname voisin, n’est pas monnaie courante.

Trafic d'armes: l'or en hausse depuis le début de la crise économique

Cependant, le prix de l’or est en pleine augmentation depuis le début de la crise économique et financière mondiale en 2009. Valeur refuge par tradition, cette matière précieuse fait désormais l’objet de toutes les convoitises. Et alors que les orpailleurs se gardaient bien d’utiliser des armes de guerre contre les forces de l’ordre françaises pour éviter toute course aux armements qui leur serait probablement fatale, ces travailleurs clandestins semblent apparemment changer d’avis. Ce nouvel épisode guyanais est peut-être un tournant tant les rivalités pour la possession de l’or apparaît plus forte en enjeux que le risque qu’ils courraient en cas de tir en légitime défense. Si tel est le cas, il leur aisé de faire entrer des fusils d’assaut depuis le Suriname par pirogues sur le Maroni. En effet, jusque dans les années 1990 le territoire surinamais était en proie à une sanglante guerre civile. Celle-ci a provoqué un amoncellement d’armes de guerre de fabrication soviétique qui sont de nos jours stockées dans différents endroits du pays et sous la garde de militaires parfois facilement corruptibles en raison de leurs maigres soldes mensuelles. Un réel danger pèse désormais sur ce territoire français d’Amérique Latine où l’or continue à faire tourner les têtes et où les tensions en forêt vont probablement se poursuivre avec intensité.

Pour en savoir plus :

Jean-Charles Antoine
Au cœur du trafic d’armes. Des Balkans aux banlieues
Editions Vendémiaire, 230 pages, Paris.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vous êtes sur la version mobile de A-lire.info

Le trafic d'armes en Guyane française est alimenté par l'or récolté par les orpailleurs venus du Bresil et du Surinam