www.a-lire.info
Le magazine des livres

Les filieres du Trafic d'armes a Marseille

Depuis le mois de janvier 2010, pas moins de 50 réglements de comptes ont été perpétrés dans l’agglomération phocéenne et ses abords immédiats. Ils sont commis depuis maintenant deux années au moyen de fusils d’assaut de type Kalachnikov AK-47 (la plus ancienne), AKM (la plus pratique car facilement dissimulable avec sa crosse repliable) ou AK-74 (version plus moderne) ou encore des fusils d’assaut yougoslaves Zastava M70, copie conforme de l’AK-47 soviétique mais plus facilement accessible depuis la guerre en Bosnie il y a deux décennies.

Trafic d'armes: des enjeux de plus en plus importants pour le contrôle des stupéfiants

Ces actes de violence n’interviennent pas parce que les truands marseillais ont désormais accès aux armes à feu, cette démarche est bien acquise depuis très longtemps. Ils ont lieu parce que les enjeux territoriaux à Marseille pour le trafic de produits stupéfiants deviennent de plus en plus importants. Et perdre une portion de territoire devient de plus en plus intolérable pour les pertes de bénéfices que ces changements engendrent.
Une guerre locale pour conserver ou acquérir la mainmise sur des territoires juteux est donc en train de se dérouler dans les Bouches-du-Rhône. Ces rivalités géopolitiques génèrent le besoin croissant en armes à feu, devenues désormais des armes de guerre plus facilement accessibles depuis une quinzaine d’années mais surtout nettement plus utilisées depuis deux ans, comme l’explique dans son livre Jean-Charles Antoine, docteur en géopolitique de l’Institut Français de Géopolitique à Paris 8.

Trafic d'armes: les circuits d'acheminement.

En provenance directement d’Espagne, de Serbie, de Croatie ou de Bosnie par voie routière en traversant, soit les Pyrénées Orientales, soit le nord de l’Italie après avoir été stockées quelquefois momentanément dans la région de Milan, ou par voie maritime depuis les ports italiens moins contrôlés (Sardaigne, Civitavecchia, Naples) ou espagnols (Baléares, Barcelone), les armes arrivent à Marseille et Toulon. De ces deux points de stockage elles peuvent par la suite être dispatchées dans des locaux différents, boxes de parking et placards à double fond dans des maisons secondaires.
Ces filières du trafic d’armes de guerre dans la cité phocéenne et ses abords sont de nature à gêner durablement l’action des forces de l’ordre dans les quartiers Nord de la ville et amplifier toujours plus la guerre de territoires que commencent seulement à se livrer ces caïds locaux et bandes criminelles de plus en plus alliées à des organisations criminelles transnationales pour la maitrise du trafic de drogues dans la région.

Pour en savoir plus :

Jean-Charles Antoine
Au cœur du trafic d’armes. Des Balkans aux banlieues
Editions Vendémiaire, 230 pages, Paris.

Copyright A-lire.info

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vous êtes sur la version mobile de A-lire.info

Le trafic d'armes à Marseille en liaison avec les enjeux territoriaux pour le controle de stupéfiants.