La Pléiade donne envie de lire Virgile

L’édition de ses oeuvres complètes dans la Bibliothèque de la Pléiade donne envie de lire Virgile

Les oeuvres complètes de Virgile dans La Pléiade
On se sent pousser des ailes en abordant cette édition des oeuvres complètes de Virgile dans la Bibliothèque de La Pléiade de Gallimard. On a envie d’aller à Mantoue à la rencontre des paysages qui ont inspiré le poète des Bucoliques, envie d’aller à Pouzzolles, près de Naples, voir où la tradition situe sa sépulture. L’oeuvre est pourtant loin d’être facile d’accès, mais Philippe Heuzé, Jeanne Dion et Alain Michel, qui ont établi cette édition, en donnent toutes les clefs. Que ce soit dans l’avant-propos, la préface, l’article consacré a la « fortune » de Virgile, la chronologie, ou les notes explicatives qui accompagnent les textes, tout est conçu pour faciliter l’approche des textes.

Et c’est une nouveauté: les spécialistes de Virgile, même de grands latinistes du siècle passé, comme par exemple Pierre Grimal, n’arrivaient pas à se mettre à la portée du lecteur. Les choses ont changé avec cette édition de la Pléiade: Philippe Heuzé, Jeanne Dion, et Alain Michel sont des références dans ce domaine, mais écrivent avec clarté – ce qui, soit dit en passant, est plus difficile que de se complaire dans l’obscurité.

Tityre, toi, sous l’ample abri de ce hêtre étendu,
sur ton menu roseau tu médites un poème des bois.
Nous, nous laissons les champs, la douce terre de la patrie,
nous,nous quittons notre patrie. Toi, Tityre, nonchalamment à l’ombre,
tu fais sonner les bois de la beauté d’Amaryllis »

Ces premiers vers de la première Bucolique, début de dialogue entre un paysan chevrier de la région de Mantoue, et un bouvier du nom de Tityre, seraient par exemple impossibles à comprendre si l’on ne savait pas, grâce aux explications lumineuses de Philippe Heuzé, que Tityre serait Virgile lui même, contraint d’aller à Rome pour récupérer le domaine dont on l’avait exproprié. Deux destinées extrêmes, écrit Heuzé: l’extrême du bonheur, de la poésie et de la célébration de la beauté; l’extrême du malheur, l’expropriation et le bannissement de la patrie pour le plus incertain des avenirs. Nous sommes en 42 avant J.-C: après la victoire d’Antoine et d’Octave sur Brutus, les vainqueurs avaient récompensé leurs troupes avec des terres confisquées à leurs propriétaires, parmi lesquels Virgile.

« Un chef-d’oeuvre grandit de tous les chefs-d’oeuvre qu’il suscite » écrit Philippe Heuzé en citant le philologue Jacques Perret, un autre grand spécialiste de Virgile. La fortune de Virgile fut immense, et perdure depuis deux millénaires aussi bien dans le domaine de la littérature que dans celui de la musique et de la peinture. Virgile est toujours présent et « inépuisable ».

Quel pied de nez, par un hasard du calendrier, aux « pseudo-politiques » qui ne font plus grand cas des études latines…

Virgile. Oeuvres complètes. Bibliothèque de la Pléiade. Gallimard. 68 euros.
Prix de lancement jusqu’au 31 décembre 2015: 59 euros.
Date de mise en vente: 5 juin 2015


Une passionnante présentation de Virgile par Philippe Heuzé


Retrouvez toutes les vidéos sur la WebTv de l’Université de Nantes

Une réflexion au sujet de « La Pléiade donne envie de lire Virgile »

  1. Ping : Virgile entre à la Pleiade

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *