Michel Foucault: génie ou …imposteur?

Rares sont les penseurs du 20e siècle qui comme Michel Foucault,- dont les oeuvres sont désormais accessibles dans la bibliothèque de la Pléiade de Gallimard- ont déchaîné et déchaînent encore autant de passions. Mais le nombre de ses détracteurs, reconnait lui même Jean-Marc Mandosio, dans un petit livre plaisant et  venimeux  ( Michel Foucault, Longévité d’une imposture, Editions de l’encyclopédie des nuisances) est inférieur au nombre de ses admirateurs.

L’une des raisons de ce succès est  sans doute que la « boite à outils » conceptuelle de Foucault ne sera jamais frappé d’obsolescence. Son histoire sociologique des vérités fait de lui, en schématisant, un dynamiteur des idées reçues selon lequel il n’y a pas de  chose en soi (pour reprendre un vocabulaire kantien) mais bien des vérités, toute la difficulté de cette archéologie du savoir étant de saisir ce que les auteurs ont voulu dire en leur temps. La conclusion étant que nous n’arrivons jamais à saisir la vérité, mais sa transcription dans des « discours » qui varient d’une époque à l’autre, discours eux-mêmes perpétuellement façonnés par un dispositif de contraintes. On imagine facilement l’usage que l’on peut faire de cette brillante élaboration conceptuelle de l’idée reçue…

 » Tous mes livres(…) sont (…) de petites boites à outils. Si les gens veulent bien les ouvrir, se servir de telle phrase, telle idée, telle analyse comme d’un tournevis ou d’un desserre-boulon, pour court-circuiter,disqualifier, casser les systèmes de pouvoir, y compris également ceux-là mêmes dont mes livres sont issus…eh bien c’est tant mieux ».

Cette suggestion du maître est a retenir et devrait inciter ses disciples du 21e siècle à passer son oeuvre au crible pour rechercher le régime de savoir dans lequel elle s’insérait. Certaines prises de position du grand intellectuel, mentor de toute une génération, témoignent en effet d’une désolante naïveté de jugement: Foucault était par exemple un grand admirateur de Khomeyni…

C’est toute une époque qui resurgit à travers ses textes: une raison supplémentaire de lire ou relire Foucault dans cette édition de la Pléiade.  » Dans une culture et à un moment donné, il n’y a jamais qu’une épistémè, qui définit les conditions de possibilité de tout savoir ».

Epistémè, épistémè.. un concept  qui a de l’avenir…

 

Michel Foucault. Oeuvres en deux volumes. Bibliothèque de la Pléiade. Gallimard.

Une réflexion au sujet de « Michel Foucault: génie ou …imposteur? »

  1. Ping : Les oeuvres de Foucault dans la Pleiade

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *