A-lire
Livres et loisirs

Un choix de romans allemands

L'affaire Collini un roman de Ferdinand von Schirach

Quel est l'obscur motif qui a poussé Fabrizio Collini à assassiner dans sa chambre d'hôtel le très respectable Hans Meyer un magnat de l'industrie allemande? Ferdinand von Schirach, auteur de l'affaire Collini, et avocat de la défense au barreau de Berlin connaît toutes les arcanes du système judiciaire allemand, et son style froid et épuré éclaire dès le début l'étrangeté de l'affaire. L'assassin ne cherche pas à se défendre et refuse d'expliquer son geste. Caspar Leinen, le jeune avocat commis d'office, sera d'autant plus motivé pour percer ce secret qu'il connaissait la victime et sa famille. Suite


Roman allemand
La marionnette un roman de Alex Berg

La marionnette, roman de l'écrivain allemand Alex Berg, est un roman policier géopolitique avec comme toile de fond la guerre d'Afghanistan. Début de cette implacable intrigue, menée de main de maître par l'auteur: la mort de soldats allemands tués en Afghanistan par des talibans équipés d'armes allemandes.

Berg, pseudonyme de Stefanie Baumm, est journaliste et a travaillé au Hamburger Abendblatt et aux Kieler Nachrichten, deux grand journaux régionaux du nord de l'Allemagne. Elle a déjà publié dans son pays plusieurs romans policiers et vit maintenant dans une ferme dans le Schleswig-Holstein. Suite
Alex Berg. La marionnette. Actes Sud


Roman allemand
Bernhard Schlink: Mensonges d'été

Le titre de ce recueil de nouvelles de l'écrivain allemand Bernhard Schlink Mensonges d'été n'est pas assez fort pour rendre compte du malaise que l'on ressent après avoir refermé le livre. C'est un brillant recueil triste et lucide sur nos doutes, nos lâchetés, ou nos hésitations, sur la vieillesse, l'amour, et la famille, un livre qui ne laisse guère de place à l'espoir; des nouvelles que l'on relira des dizaines de fois en y découvrant chaque fois quelque chose de nouveau; une vision de nous-mêmes par un très grand écrivain. Chaque nouvelle est l'histoire d'un homme ou d'une femme, des intellectuels pour la plupart, artistes, écrivains, universitaires, et tous ont un point commun. Ils doutent : de leur relation avec leur femme, compagne ou maîtresse, de leur famille, de l'attitude à adopter envers un inconnu bizarre rencontré en avion. Et ce doute les emporte dans une spirale d'hésitations qui finissent par les torturer avec d'autant plus de force que leurs esprits aiguisés savent soupeser, et évaluer leurs vies avec lucidité. L'illusion n'a pas de place chez Schlink : elle est immédiatement détruite par la lucidité. SuiteBernhard Schlink. Mensonges d'été. Gallimard.


Roman allemand
L'inconstance de l'espèce de Judith Schalansky: un Bildungsroman

L'Inconstance de l'espèce de Judith Schalansky, considérée comme l'un des écrivains les plus représentatifs de la littérature allemande contemporaine, décevra tous ceux qui recherchent dans une fiction une forme de tension romanesque.En allemand, le titre original du livre est " Le cou de la girafe" (Der Hals der Giraffe) avec comme sous-titre " Bildungsroman" que l'on peut traduire comme roman d'apprentissage. Un genre devenu célèbre depuis le Wilhelm Meister de Goethe. Mais ce sous-titre lui même peut porter à confusion. Il n'y a chez Inge Lohmark, cette professeur de biologie de l'ex Allemagne de l'Est, personnage principal de l'Inconstance de l'espèce - à défaut d'être héroïne de ce "roman"- ni apprentissage ni évolution, comme le voudrait le genre du Bildungsroman, mais au contraire repli sur soi même et ses certitudes. Suite
Judith Schalansky. L'inconstance de l'espèce. Actes Sud.


Roman allemand
Deux dans Berlin: la fin d'un régime nazi corrompu jusqu'à la moelle

Voilà un roman policier vraiment original. Écrit par deux spécialistes de l'histoire culturelle et sociale du 20e siècle Richard Birkefeld et Göran Hachmeister. Dans Berlin réduit en cendres par l'aviation alliée, un officier SS revenu du front de l'est traque un détenu évadé de Buchenwald qui tue, les uns après les autres, ceux qui l'ont dénoncé. Mais Deux dans Berlin n'est pas un énième affrontement entre "bons" et "méchants" sur fond de 2e guerre mondiale. On y découvre un régime nazi, corrompu jusqu'à la moelle, dont les acteurs commencent à douter et se demandent comment quitter le navire. " Je n'ai fait qu'exécuter les ordres, dira le Sturmbannführer SS Kalterer, quelques pages avant la fin du livre. Vous ne trouverez ma signature nulle part". Engagé par les services de renseignements de l'Allemagne communiste, la future Stasi, il travaillera pour l'Ouest comme agent double. En ce sens d'ailleurs, le titre allemand du roman Wer übrig bleibt, hat Recht (Celui qui reste a raison) n'est pas très bien rendu par le titre français Deux à Berlin. Un titre comme Celui qui survit a toujours raison aurait peut-être mieux rendu compte du contenu du livre. Mais à ce détail près, la traduction de Georges Sturm se lit trés agréablement. Suite
Richard Birkefeld et Göran Hachmeister Deux dans Berlin. Editions du Masque

 

Editeur:Jacques Kaufmann

Focus

Valentine Zuber: le culte des droits de l'homme

Toute critique envers les droits de l'homme, même si elle est constructive, fait l'objet d'une désaprobation massive émanant essentiellement des milieux dits éclairés ou progressistes. Suite
Le culte des droits de l'homme. Gallimard. Collection Bibliothéque des sciences humaines


Vargas Llosa: le libéralisme se plie à la réalité au lieu d'essayer de forcer la réalité à se plier à lui

Le libéralisme, estime Vargas Llosa, n'est pas une idéologie, c'est à dire une religion laïque et démocratique, mais une doctrine ouverte qui évolue et se plie à la réalité au lieu d'essayer de forcer la réalité à se plier à elle". Suite
Mario Vargas Llosa. De sabres et d'utopies. Arcades. Gallimard.


Civisme au superlatif: la politique de sécurité sanitaire dans le monde transatlantique

Dans l'espoir de renforcer l'adhésion aux institutions politiques et de faire face à la désorganisation sociale engendrée par la crise épidémique, les démocraties sont de plus en plus tentées d'imposer un civisme au superlatif Suite

Patrick Zylberman. Tempêtes microbiennes. Gallimard


Finkielkraut : la défaite de la pensée

Des gestes élémentaires aux grandes créations de l’esprit, tout devient prétendument culturel et il est courant de nos jours de baptiser «culturelles» des activités « où la pensée n’a aucune part». La défaite de la pensée, essai d’Alain Finkielkraut publié en 1987 chez Gallimard n’a pas pris une seule ride et l’on pourrait facilement penser qu’il s’agit d’une réflexion sur le monde qui nous entoure.
Suite