www.a-lire.info
Le magazine des livres

Un recueil de nouvelles de Bernhard Schlink sur nos doutes et nos lachetes

Bernhard Schlink, l'implacable

Le titre de ce recueil de nouvelles de l'écrivain allemand Bernhard Schlink Mensonges d'été n'est pas assez fort pour rendre compte du malaise que l'on ressent après avoir refermé le livre. C'est un brillant recueil triste et lucide sur nos doutes, nos lâchetés, ou nos hésitations, sur la vieillesse, l'amour, et la famille, un livre qui ne laisse guère de place à l'espoir; des nouvelles que l'on relira des dizaines de fois en y découvrant chaque fois quelque chose de nouveau; une vision de nous-mêmes par un très grand écrivain.

Le doute qui torture

Chaque nouvelle est l'histoire d'un homme ou d'une femme, des intellectuels pour la plupart, artistes, écrivains, universitaires, et tous ont un point commun. Ils doutent : de leur relation avec leur femme, compagne ou maîtresse, de leur famille, de l'attitude à adopter envers un inconnu bizarre rencontré en avion. Et ce doute les emporte dans une spirale d'hésitations qui finissent par les torturer avec d'autant plus de force que leurs esprits aiguisés savent soupeser, et évaluer leurs vies avec lucidité. L'illusion n'a pas de place chez Schlink : elle est immédiatement détruite par la lucidité.

Les deux" mondes"

Le recueil s'ouvre ainsi sur l'histoire d'un musicien de New-York qui rencontre Susan, une riche héritière. Il joue de la flûte au New-York Philharmonique et n'aime pas, comme il dit" les riches héritières", mais il en tombe amoureux. Socialement, il est vrai, tout le sépare de Susan, mais pourtant le courant passe, et ils commencent à s'aimer, même si l'ambiance est lourde en cette arrière saison pluvieuse et si des disputes surgissent pour un rien. Comme lorsque le flûtiste se met dans une colère noire quand Susan le fait attendre dans une voiture pendant qu'elle téléphone. Il n'avait pas compris, écrit Schlink, ce qu'il pouvait y avoir "d'incompréhensible et d'exagéré à vouloir compter autant qu'elle, lui qui n'avait rien, elle qui avait tout".

On retrouvera cette idée des "deux mondes" dans d'autres nouvelles, notamment "Le voyage vers le sud", en fin de recueil. jk.

Bernhard Schlink. Mensonges d'été. Gallimard.

+ Les barrières sociales chez Bernhard Schlink

+ Les passions destructrices chez Bernhard Schlink

Copyright A-lire.info

 

schlinkBernhard Schlink, né en 1944, est juriste. Il est l'auteur de romans policiers et du best-seller mondial Le liseur traduit en plus de 30 langues et adapté au cinéma par Stephen Daldry. Toute son oeuvre est publiée aux éditions Gallimard.