L'homme révolté d'Albert Camus

«Aux temps naïfs où le tyran rasait des villes pour sa plus grande gloire, où l’esclave enchaîné au char du vainqueur défilait dans les villes en fête, où l’ennemi était jeté aux bêtes devant le peuple assemblé, devant des crimes si candides, la conscience pouvait être ferme et le jugement clair. Mais les camps d’esclaves sous la bannière de la liberté, les massacres justifiés par l’amour de l’homme où le goût de la surhumanité, désemparent, en un sens, le jugement. Le jour où le crime se pare des dépouilles de l’innocence, par un curieux renversement de tendance qui est propre à notre temps,c’est l’innocence qui est sommée de fournir ses justifications. L’ambition de cet essai serait d’accepter et d’examiner cet étrange défi».

Albert Camus: l'homme révolté face aux atrocités de régimes concentrationnaires

L’homme révolté, de Camus, qui prolonge ses écrits autour de l’absurdité du monde, a été publié en 1951. Les souvenirs des atrocités du Troisième Reich étaient encore bien vivants, et les procès truqués de Moscou, contre d’anciens bolcheviks, commençaient à ouvrir les yeux de certains sur la véritable nature du communisme «réel» "Camus, écrit Roger Grenier dans Soleil et ombre- sans doute le meilleur livre qui ait été écrit sur l'oeuvre de Camus-voit les intellectuels s'engager dans l'historicisme, expliquer ou justifier la terreur,les procès de Moscou, voire les camps staliniens, dont on commence à parler. Il ne peut admettre la divinisation de l'Histoire, qui semble prendre le relais de la religion, de façon tout aussi écrasante pour les hommes".Le livre de Camus déclencha dès sa sortie de nombreuses polémiques et des attaques des surréalistes, que Camus avait maltraité dans son ouvrage, mais également de l’équipe des Temps Modernes et de Sartre. Il semble bien, note Grenier que Sartre n’ait pas eu envie d’engager une querelle avec l’auteur, tout au moins de lui donner l’ampleur qu’elle prit par la suite". Il choisit Francis Jeanson - qui créa plus tard un réseau de soutien au FLN et fut condamné à 10 ans de réclusion - pour en faire le compte rendu. Intitulée Camus ou l’Âme révoltée, la critique du livre de Camus soulignait notamment que le livre avait reçu beaucoup d’éloges de la presse et des revues de droite. Après divers échanges épistolaires, publiés dans Les temps modernes, la rupture entre Sartre et Camus fut consommée.

Albert Camus: l'humanisme comme solution

Dans L’homme révolté, Camus donne sa version de la fameuse dialectique du maître et de l’esclave en soulignant que l’on ne peut justifier une quelconque «révolte» si l’on marginalise ne serait-ce qu’un autre homme. «L’esclave qui d’instinct se révolte contre son maître dit à la fois non et oui. Non, car il souligne une limite à ne pas franchir. Oui, car du même coup, il affirme un droit, il invoque tacitement une valeur qui le dépasse(...)qui lui est commune avec tous les hommes et qui définit la nature humaine». C’est en ce sens que l’on peut dire que Camus se tourne vers l’humanisme comme seule solution équilibrée entre la soumission et l’intransigeance révolutionnaire. « Apprendre à vivre et à mourir, et pour être homme refuser d’être Dieu». Loin de la dictature de l'Etat léniniste, auquel Camus consacre d'ailleurs de nombreuses pages critiques. "Quelle sera, écrit-il ainsi, la rapidité du développement vers cette phase supérieure du communisme où chacun prendra selon ses besoins?" Cela nous ne le savons pas et nous ne pouvons pas le savoir...Nous n'avons pas de données nous permettant de trancher ces questions". Pour plus de clarté, Lénine affirme, toujours arbitrairement "qu'il n'est venu à l'esprit d'aucun socialiste de promettre l'avènement de la phase supérieure du communisme". On peut dire, dit Camus, qu'à cet endroit meurt définitivement la liberté"

Albert Camus. L’homme révolté. Gallimard. Folio Essais

Texte Copyright A-lire.info 2013

 

L'homme révolté d'Albert Camus.

 

une biographie de camus

Une biographie intellectuelle d'Albert Camus par Roger Grenier qui l'a bien connu à Combat et chez Gallimard Suite


le gang de la clef a mmolette de edward abbey


«Le mythe de Sisyphe, essai sur l’absurde» est l’un des textes fondateurs de cette philosophie de l’absurde qui traverse toute l’oeuvre de Camus Suite



 

CENTENAIRE CAMUS

en bref...


Un entretien avec Laurence Tacou, éditrice de l'Herne, à propos du Cahier Camus.


Albert Camus. La philosophie de l'absurde. Les oeuvres de Camus sont publiés chez Gallimard.


Albert Camus. L'homme révoltéL’homme révolté a été publié en 1951. Il déclencha dès sa sortie de nombreuses polémiques


Albert Camus. La peste." Je veux exprimer au moyen de la peste l'étouffement dont nous avons souffert et l'atmosphère de menace et d'exil dans laquelle nous avons vécu" écrit Camus en 1942 dans ses carnets.


Albert Camus. L'étranger. Être étranger au monde qui nous entoure peut nous faire condamner à mort.

 


Couverture du roman de Gabriela Adamesteanu

La peste n'est pas seulement la guerre mais le mal sous toutes ses formes,physique comme moral, la terreur, l'exil, et la séparation, un thème important dans l'ouvrage. Et tout naturellement se pose la question de l'attitude à adopter face a ce fléau Suite