www.a-lire.info
Le magazine des livres

On ne voyait que le bonheur, un roman de Grégoire Delacourt

A force d'estimer, d'indemniser la vie des autres, un assureur va s'intéresser à la valeur de la sienne et nous emmener dans les territoires les plus intimes de notre humanité.

Le puzzle d'une vie

Ce roman risque de ne pas enthousiasmer les lecteurs qui recherchent une narration et une intrigue traditionnelle. On ne voyait que le bonheur de Grégoire Delacourt est l'histoire d'une vie et d'une famille vus à travers toutes les petites choses qui la constituent. Au lecteur finalement de se débrouiller pour reconstituer le puzzle de cette existence, dont on découvre le contenu dans des chapitres très courts qui soutiennent le rythme de la fiction.

La deuxième partie du roman est précédée de quelques lignes extraites de L'avenir dure longtemps, une autobiographie du philosophe Louis Althusser qui avait assassiné sa femme, pris d'un accés de démence, alors qu'il était Caîman ( professeur) à l'école normale de la rue d'Ulm. "Le désir de tuer ou de se détruire,et de tout détruire autour de soi, avait écrit Althusser, est toujours doublé d'un immense désir d'aimer et d'être aimé, d'un immense désir de fusion avec l'autre et donc du salut de l'autre". Cette citation n'est pas anodine.

On ne voyait que le bonheur dissèque une vie

"Grandir c'est comprendre qu'on n'est pas autant aimé que ça. C'est douloureux" écrit Delacourt. On ne voyait que le bonheur disséque les moments de la vie à la manière d'un analyste faisant parler son patient. Le roman est-il, entre autres, l'illustration du désir de tuer et d'être aimé? Au lecteur- s'il est motivé- de tenir peut-être le rôle de l'analyste... ( Jacques Kaufmann)

Grégoire Delacourt. On ne voyait que le bonheur. JCLattès.

 

Copyright A-lire.info 2014