www.a-lire.info
Le magazine des livres

 

Fin premier roman de la comédienne brésilienne Fernanda Torres

On sent la mort presque à toutes les pages de Fin premier roman de la brésilienne Fernanda Torres. Mais également la vie, le sexe, la drogue et toutes les passions humaines. Il n'y a pas vraiment d'intrigue dans ce roman sombre et sensuel, juste des destins qui s'enchevêtrent.

Fin est l'histoire de cinq amis de Rio dont le plus "jeune", Ciro, est né en 1940. Un sacré play-boy, ce Ciro, qui passait ses vacances à Buzios dans une cabane de pécheurs. Buzios dans ces années là était la station balnéaire à la mode de Rio. Et Ciro pour séduire ses conquêtes avait installé un filet plein de langoustes au fond de la mer, à quelques dizaines de mètres du rivage. Losqu'arrivait l'heure du repas, il plongeait dans la mer, et en ramenait un crustacé. "On aimait Ciro" dit Ribeiro. Mais Ciro va être emporté par un cancer à l'age de cinquante ans. Maria-Clara son infirmière lui donnera, à sa demande, une injection mortelle en le laissant glisser sa main sous sa jupe et écarter sa culotte.

Il y a bien sur Rio, sa plage, son soleil, ses parties de volley. Mais l'eau parfois est glaciale, et polluée. Ou l'air est étouffant. C'est un Rio oppressant dans lequel nous plonge Fernanda Torres. "Je n'ai pas vu la vieillesse arriver, dit Ribeiro, l'un des cinq amis. La traîtresse la fourbe. A trente ans, on ne se sent déjà plus comme à quinze ans. A quarante ans, les attributs de nos vingt ans disparaissent. A cinquante, ceux de nos trente ans. Il faut une décennie pour prendre conscience des dégâts. Je n'ai rien du venir".

Malgré le Viagra,et les drogues, les cinq copains sombrent dans la décrépitude, en s'accrochant désespérément à ce qui leur reste de vie. Mais certains lecteurs seront peut-être un peu lassés par le caractère un peu répétitif des situations même si Fernanda Torres nous donne souvent la nausée par la force de ses évocations.()

Fernanda Torres. Fin. Gallimard.