www.a-lire.info
Le magazine des livres

 

Une sélection de romans russes

L'Ultime partie, un roman de l'écrivain ukrainien Anna Shevchenko

Au lycée, Tony avait l'habitude de lancer des défis à trois de ses camarades. Jusqu'à ce drame qui a mis fin aux jeux du quatuor et les hante depuis...Vingt-cinq ans plus tard, alors qu'ils se sont tous perdus de vue, Tony décide de relancer une ultime partie. Avec des enjeux bien plus importants cette fois.
Son objectif : lever le voile sur une page sensible de l'histoire. En 1945, alors que la guerre s'achève, Churchill, Roosevelt et Staline se retrouvent à Yalta. En huit jours, ils divisent le monde et créent une nouvelle carte de l'Europe. Mais qu'ont-ils fait d'autre ? C'est ce que les joueurs vont devoir découvrir. Le début d'une enquête qui va les mener de Sydney à Londres, de Bruxelles à Strasbourg et de New York à Odessa, ou les attendent des révélations stupéfiantes... Ensemble, vont-ils pouvoir empêcher un nouveau conflit international ?

Anna Shevchenko. L'ultime partie. Editions les escales


Roman russe
Julie Latynina, la chasse au renne de Sibérie

Viatcheslav Izvolski, surnommé le « Lingot » est le type même de l’oligarque russe. Un de ces milliardaires sans scrupules qui ont proliféré après le démantèlement de l’Urss et l’abandon de la désastreuse planification socialiste au profit du capitalisme le plus sauvage. A 34 ans il est le patron du puissant Combinat métallurgique d’Akhtarsk (AMK). Il règne en dictateur sur une enclave sibérienne et parvient même à en imposer au gouvernement fédéral de Moscou en jouant de la puissance que lui confèrent aussi bien ses milliards que la force de frappe de son armée privée. Suite
La Chasse au renne de Sibérie. Julia Latynina. Actes Sud.


Roman russe
Bouïda: Potemkine ou le troisième coeur

«Le crime n’entraîne pas le châtiment aussi inexorablement que l’affirme Dostoïevsky ! déclara le barbu en levant le doigt d’un air docte. Le châtiment est inexorable uniquement dans le cas ou Dieu existe et dirige le bien et le mal comme un cocher dirige des chevaux blancs et noirs».

Potemkine et le troisième coeur est la quatrième fiction de l’écrivain russe Iouri Bouïda publiée chez Gallimard. Cent soixante pages où l’écriture puissante de Bouïda nous entraîne dans les abîmes de la conscience. «Ca me fait vomir, je n’arrive pas à dormir,mes pensées pourrissent, elles empestent, elles me dégoûtent,ces pensées surtout la nuit, elles rampent, elles se tortillent comme d’ignobles vers, elles envahissent tous les replis, l’aire de Broca et l’aire de Wernicke, elles ressortent des circonvolutions et elles rampent, elles se traînent comme des Boches hors de leurs tranchées puantes». Suite
Iouri Bouïda. Potemkine ou le troisième coeur. Gallimard.