Un roman de Johanna sinisalo

Le sang des fleurs, un roman de Johanna Sinisalo

Nous sommes en 2025. Le syndrome d’effondrement des colonies d’abeilles, énigme écologique apparue en 2006, s’est considérablement aggravé, au point que la plupart des pays – et les États-Unis en première ligne – doivent faire face à une grave crise agricole. Orvo, directeur d’une entreprise de pompes funèbres et apiculteur amateur, ébranlé par une tragédie familiale récente, voit ses ruches atteintes : deux d’entre elles ont été désertées. La Finlande – jusque-là épargnée – est-elle à son tour gagnée par la catastrophe ? Très préoccupé par ce phénomène, Orvo tombe par hasard sur un étrange accès vers une sorte de dimension parallèle d’où l’homme semble absent. Orvo a beau mettre en question sa propre lucidité, son instinct lui dit que sa découverte pourrait avoir un lien avec le mystère des disparitions récentes d’abeilles. Et un espoir naît en lui : l’abeille étant considérée dans de nombreuses civilisations comme capable de circuler entre le monde de la vie et celui de la mort, c’est peut-être à travers elle qu’il pourra enfin retrouver son fils perdu…
Écologique, engagé, savamment agencé, aux lisières du fantastique et de la science-fiction, ce roman de Johanna Sinisalo a cette force poétique qui avait fait le succès de Jamais avant le coucher du soleil.


Née en 1958, Johanna Sinisalo s'est imposée sur la scène littéraire avec Jamais avant le coucher du soleil (Actes Sud, 2003 ; Babel n° 679) pour lequel elle s'est vu décerner le prestigieux Finlandia Prize. Elle a également écrit deux autres romans, des livres pour la jeunesse, des pièces radiophoniques ou télévisuelles, ainsi que des bandes dessinées.
Récemment chez Actes Sud : Oiseau de malheur (2011) et Le Sang des anges (2013).

Johanna Sinisalo. Le sang des fleurs. Actes Sud

 

 

 




En 1959, sur une route désolée de Patagonie, un médecin allemand pas comme les autres croise une famille argentine ordinaire et lui propose de faire route ensemble, afin d’être moins isolés. Wakolda, quatrième roman de Lucía Puenzo, nous entraîne au coeur d’une société argentine infiltrée par l’émigration nazie.

Lucia Puenzo. Wakolda. Stock



Deux documents exceptionnels chez Gallimard, dans la collection Essais, sur les soldats du troisième Reich et la mémoire familiale de la Shoah et du National-socialisme dans les familles allemandes. Soldats et Grand-père n'était pas un nazi.


pour trois couronnes, un roman de François Garde

Dans le bureau de feu Thomas Colbert, un magnat du commerce maritime, Philippe Zafar, le jeune préposé au classement des archives, découvre un manuscrit, fort compromettant pour celui qui s’en avérerait l’auteur.
Aveux déguisés du défunt? Exercice littéraire sans conséquence? Philippe Zafar se lance dans une enquête qui va vite prendre une dimension à laquelle rien ne l'avait préparé.

François Garde. Pour trois couronnes. Gallimard