A-lire
Livres et loisirs

Une critique de Michel Foucault par Jean-Marc Mandosio

Des concepts flous

" Il y a chez Foucault, comme chez la plupart de ses contemporains à prétention philosophique, une prolifération conceptuelle qui est surtout, à bien y regarder, une inflation verbale" écrit Jean-Marc Mandosio dans un essai au vitriol sur Michel Foucault. " Un tel langage, continue t-il, constitue en quelque sorte un signe distinctif correspondant à une stratégie bien connue de positionnement par différenciation sur le marché des idées. Que les concepts en question comme dans le cas de Foucault soient souvent flous ou à géométrie variable n'est pas gênant ; bien au contraire,c'est la garantie pour les commentateurs qu'ils auront du travail". Mais ce n'est pas tout : dans ce brillant essai, Mandosio, qui est maître de conférences à l'Ecole pratique des Hautes Etudes déboulonne de son piédestal la fameuse théorie des Epistémès, l'un des fondements de l'archéologie du savoir, ouvrage clef du philosophe.

Une conception de l'histoire qui n'est pas convaincante

Foucault avait développé une conception de l'histoire, selon laquelle l'histoire des idées n'est pas linéaire,mais procède par ruptures successives, où l'on passe d'un régime de savoir à un autre, le terme apparaissant pour la première fois en I966 dans Les mots et les choses. Mandosio fait d'abord observer que le terme Epistémè est mal choisi, car il signifie simplement en grec ancien science ou connaissance, alors que l'épistémè de Foucault est une sorte de structuration inconsciente du savoir, une "mentalité" pourrait-on dire vulgairement de nos jours. En outre, Foucault ne répond pas, selon Mandosio, à la question essentielle de savoir comment on passe d'une Epistémè à l'autre. " Pour répondre à ces questions, écrit Mandosio, Foucault recourt à l'argument d'autorité. Il affirme en effet avec une étonnante arrogance avoir une connaissance pratiquement exhaustive des époques dont il traite".

Incohérences et erreurs de jugement

Longévité d'une imposture revient également sur quelques unes des incohérences et erreurs de jugement du parcours personnel du philosophe, qu'il qualifie d'"intellectuel mondain". Parmi les prises de position stupéfiantes de Foucault, qui avait combattu avec véhémence dans tous ses écrits les dispositifs de normalisation de la société, on notera ce surprenant soutien apporté a Khomeini. L'islam chiite, écrit-il, est une religion qui n'a pas cessé à travers les siècles de donner une force irréductible à tout ce qui, du fond d'un peuple, peut s'opposer au pouvoir de l'Etat . Un fait doit être clair : par gouvernement islamique, "personne en Iran n'entend un régime politique dans lequel le clergé jouerait un rôle de direction ou d'encadrement". Quelle erreur stupéfiante de jugement chez quelqu'un qui prétendait précisément dans Les mots et les choses avoir une parfaite connaissance des époques dont il traitait !

Jean-Marc Mandosio.Longévité d'une imposture. Editions de l'encyclopédie des nuisances

+ Rubrique idées de A-lire.info

Copyright A-lire.info

Focus

Valentine Zuber: le culte des droits de l'homme

Toute critique envers les droits de l'homme, même si elle est constructive, fait l'objet d'une désaprobation massive émanant essentiellement des milieux dits éclairés ou progressistes. Suite
Le culte des droits de l'homme. Gallimard. Collection Bibliothéque des sciences humaines


Vargas Llosa: le libéralisme se plie à la réalité au lieu d'essayer de forcer la réalité à se plier à lui

Le libéralisme, estime Vargas Llosa, n'est pas une idéologie, c'est à dire une religion laïque et démocratique, mais une doctrine ouverte qui évolue et se plie à la réalité au lieu d'essayer de forcer la réalité à se plier à elle". Suite
Mario Vargas Llosa. De sabres et d'utopies. Arcades. Gallimard.


Civisme au superlatif: la politique de sécurité sanitaire dans le monde transatlantique

Dans l'espoir de renforcer l'adhésion aux institutions politiques et de faire face à la désorganisation sociale engendrée par la crise épidémique, les démocraties sont de plus en plus tentées d'imposer un civisme au superlatif Suite

Patrick Zylberman. Tempêtes microbiennes. Gallimard


Finkielkraut : la défaite de la pensée

Des gestes élémentaires aux grandes créations de l’esprit, tout devient prétendument culturel et il est courant de nos jours de baptiser «culturelles» des activités « où la pensée n’a aucune part». La défaite de la pensée,essai d’Alain Finkielkraut publié en 1987 chez Gallimard n’a pas pris une seule ride et l’on pourrait facilement penser qu’il s’agit d’une réflexion sur le monde qui nous entoure.
Suite