A-lire
Livres et loisirs

 

Les hommes de Vichy

Les hommes de Vichy

 

Si les hommes de Vichy avaient un point commun, c'est sans doute le sous-titre de l'ouvrage que leur a consacré chez Perrin l'historien Jean-Paul Cointet: l'illusion du pouvoir. Car pour le reste, ils venaient de bien des horizons, politiques d'abord de la droite et extrème droite à la gauche et au centre gauche, mais aussi intellectuels.

C'est en cela que le livre de Cointet est intéressant, car en retracant le parcours de vingt-six dirigeants de ce régime fantoche, il documente l'itinéraire de personnages bien différents et qui tous par lâcheté, opportunisme ou conviction, en viennent à collaborer avec un régime criminel. On trouve de tout dans les hommes de Vichy et même des représentants dévoyés de l'élite intellectuelle de l'époque, normaliens de la rue d'Ulm, technocrates, experts "épris avant tout, écrit Cointet,de professionalisme et d'efficacité, mis au service, au besoin, d'une politique d'active collaboration". La gauche pacifiste fournissant elle aussi des représentants et non des moindres.

Alors quels sont-ils ces dirigeants d'un régime fantoche? Cointet les a repartis en six catégories: les fondateurs et piliers, les conseillers du prince, les doctrinaires, les épurateurs, les croisés de l'Europe nouvelle et les désilusionnés. Le personnage de Darnand, le chef de la milice, donne à lui seul un exemple de la difficulté de donner une étiquette cohérente à chacun: "Patriote dévoyé, bon exécutant entrainé sur des voies qui le dépassaient, devenu ambitieux, Joseph Darnant incarne toutes les équivoques d'un régime qui s'était ouvert sur les promesses d'un relèvement national et s'effondrait dans le déshonneur".

Le travail de Cointet montre que la cohérence des itinéraires individuels se révèle en fin de compte bien fragile dans les situations catastrophiques. Sauf pour les grands hommes...

 

Jean-Paul Cointet. Les hommes de Vichy. Editions Perrin

 

 

Focus

Valentine Zuber: le culte des droits de l'homme

Toute critique envers les droits de l'homme, même si elle est constructive, fait l'objet d'une désaprobation massive émanant essentiellement des milieux dits éclairés ou progressistes. Suite
Le culte des droits de l'homme. Gallimard. Collection Bibliothéque des sciences humaines


Vargas Llosa: le libéralisme se plie à la réalité au lieu d'essayer de forcer la réalité à se plier à lui

Le libéralisme, estime Vargas Llosa, n'est pas une idéologie, c'est à dire une religion laïque et démocratique, mais une doctrine ouverte qui évolue et se plie à la réalité au lieu d'essayer de forcer la réalité à se plier à elle". Suite
Mario Vargas Llosa. De sabres et d'utopies. Arcades. Gallimard.


Civisme au superlatif: la politique de sécurité sanitaire dans le monde transatlantique

Dans l'espoir de renforcer l'adhésion aux institutions politiques et de faire face à la désorganisation sociale engendrée par la crise épidémique, les démocraties sont de plus en plus tentées d'imposer un civisme au superlatif Suite

Patrick Zylberman. Tempêtes microbiennes. Gallimard


Finkielkraut : la défaite de la pensée

Des gestes élémentaires aux grandes créations de l’esprit, tout devient prétendument culturel et il est courant de nos jours de baptiser «culturelles» des activités « où la pensée n’a aucune part». La défaite de la pensée,essai d’Alain Finkielkraut publié en 1987 chez Gallimard n’a pas pris une seule ride et l’on pourrait facilement penser qu’il s’agit d’une réflexion sur le monde qui nous entoure.
Suite